Partenaires premium
Air Liquide
ADEME PACA

Allemagne : VDI et VDE plaident pour un meilleur soutien des voitures à hydrogène

Allemagne : VDI et VDE plaident pour un meilleur soutien des voitures à hydrogène
VDI et VDE, deux des plus importantes associations technico-scientifiques allemandes œuvrant dans le champ de l’énergie et de l’environnement, viennent de publier une étude mesurant l’emploi et les impacts des véhicules à piles combustibles versus ceux équipés de batteries rechargeables. Véritable plaidoyer pour la pile à hydrogène, leur rapport dénonce la focalisation des différents acteurs, industriels et pouvoirs publics, sur la technologie de l’électrique à batteries.
 
Si la COP 21, et les accords de Paris sur le climat qui en ont résulté, font la part belle au développement de la mobilité électrique, il est évident que le mode de production de l’énergie qui alimente les véhicules doit nécessairement être pris en compte. Des voitures électriques rechargées avec de l’électricité qui serait produite par des centrales thermiques réduisent certes l’empreinte carbone du déplacement, mais contribuent quand même à accroître les rejets en CO2.
 
La nouvelle étude VDI / VDE «Véhicules à pile à combustible et à batterie» montre que pour atteindre les objectifs énergétiques et environnementaux fixés par la COP 21, la mobilité électrique doit s’appuyer sur le développement de la pile à combustible. Plus simple à mettre en œuvre, le déploiement des PAC se traduit par une réduction importante des émissions de gaz à effets de serre.
 
Pour Martin Pokojski, co-auteur de l'étude et président du comité technique VDI / VDE, « les véhicules à pile à combustible sont un élément nécessaire de la mobilité électrique de demain. Le carburant hydrogène peut être produit, stocké et transporté de manière flexible à partir d'énergies renouvelables ».
 

Prendre en compte toutes les émissions de CO2 au long du cycle de vie

Comparés aux véhicules à batteries rechargeables, ceux à piles à combustible présentent plusieurs avantages : autonomie plus importante,  temps de ravitaillement en carburant plus rapide et charges utiles nettement plus élevées compte-tenu de l’absence de surpoids lié aux batteries. Autre avantage souligné par le Dr Andreas Schamel, « la technologie de l'hydrogène présente également l'avantage de faciliter sa mise en œuvre, car les structures existantes peuvent être utilisées et les stations-service simplement agrandies ».
 
Au-delà même des avantages et inconvénients à l’usage de chaque technologie, c’est toute la chaîne de production qui doit être prise en compte. « Il est pertinent de savoir comment les matières premières sont extraites et comment les batteries et les piles à combustible sont produites. Une analyse minutieuse de la consommation d'énergie et des émissions de CO2 tout au long du cycle de vie et une augmentation du taux de recyclage sont également essentielles. Les deux technologies nécessitent des matières premières qui ne sont pas disponibles indéfiniment. » explique le Dr. Angelika Heinzel.
 
Au regard de la prise en compte de ces différents éléments, les experts de VDI/VDE mettent en avant la nécessité, pour l’Allemagne, de rééquilibrer l’investissement fait au profit des piles à combustible. Contrairement à la production de batteries classiques, la pile à combustible doit désormais basculer vers une production en série, ce que VDI/VDE présente comme une grande opportunité pour les fabricants allemands. Du coté des pouvoirs publics, c’est surtout la nécessité de créer les conditions de son déploiement dynamique qui sont énumérées : montée en puissance du marché des véhicules électriques à PAC par incitation à la conversion des flottes de véhicules, extension de l’infrastructure par mise en place de quatre cents stations de ravitaillement en hydrogène et inclusion de l’hydrogène dans le réseau de distribution.

En savoir plus : télécharger l'étude