Avec Miniliner, l'avion à hydrogène prend son envol

Avec Miniliner, l'avion à hydrogène prend son envol
Déjà à l’initiative des avions électriques Taurus Electro et Alpha Electro,le constructeur aéronautique slovène Pipistrel engage la conception du Miniliner, un petit avion hydrogène d’une capacité d’emport de vingt personnes. Entrée en service prévue pour 2028-2030.

Au-delà de la propulsion par pile à combustible, le Miniliner ouvre la voie (les airs?) à un nouveau type d’avion. Ne rejetant pas de gaz à effet de serre, très silencieux, capable de décoller sur des pistes de moins d’un kilomètre ; il pourrait permettre de relier par voie aérienne des populations actuellement très éloignées des aéroports classiques, mais situées à proximité d’installations de plus petite taille.


 
D’une capacité de 19 passagers et doté d’une autonomie de 1000 kilomètres, cet aéronef pourrait réactualiser le concept d’avion régional (très présent dans les années 70-80 via notamment Fokker ou ATR) rendu obsolète par les nouvelles contraintes environnementales et la structure de coûts devenue insupportable.
 
D’ailleurs, les rares avions actuels œuvrant encore dans ce segment reposent sur des conceptions vieilles de quarante ans, propulsés par des turbopropulseurs gourmands en carburant, bruyants et nécessitant beaucoup d'entretien. Le Miniliner de Pipistrel devrait permettre une réduction des coûts d'exploitation directs de 30 à 40 %. De plus, l'automatisation avancée des commandes de vol et la redondance des dispositifs de sécurité devraient faciliter les opérations par un seul pilote.
 
Associé à l’Université Polytechnique de Milan et à l’Université Technique de Delft, dans le cadre du projet UNIEFER19 financé en partie par l’Union Européenne, Pispistrel envisage l’entrée en service du Miniliner pour 2028-2030.