Un navire hybride à hydrogène pour l'université de San Diego

Un navire hybride à hydrogène pour l'université de San Diego
L'université de San Diego va se doter d'un nouveau bateau de recherche côtière équipé d'un système de propulsion hybride diesel/hydrogène. Exploité par la Scripps Institution of Oceanography, il a bénéficié d’un financement de 35 millions de dollars de l’État californien et devrait entrer en service courant 2024.
 
Le Robert Gordon Sproul a servi des milliers d'étudiants de l'Université de Californie pour des activités d'éducation et de recherche visant à comprendre la côte californienne et les effets du changement climatique sur l'écosystème côtier. Après quarante ans de bons et loyaux services, il sera mis à la retraite. Propulsé en partie à l’hydrogène, un nouveau bateau lui succédera courant 2024.

Ce nouveau navire de 125 pieds (38 mètres), pourra embarquer jusqu’à 45 étudiants et enseignants lors de sorties en mer d’une journée, et sera propulsé par un système hybride innovant qui intègre des piles à combustible à hydrogène et une centrale diesel-électrique conventionnelle. Il est conçu de manière à pouvoir effectuer 75 % de ses missions en utilisant l’hydrogène. Le reste du temps (notamment pour des missions longues), le complément sera fourni par les générateurs diesel.
 
Profileurs de courant acoustiques à effet Doppler, systèmes de cartographie des fonds marins, systèmes d'imagerie pour la pêche en milieu marin, appareils d'échantillonnage biologique et géologique... outre sa conception hybride-hydrogène innovante, le navire à hydrogène de la Scripps Institution of Oceanography sera un véritable laboratoire flottant au service des recherches sur le réchauffement climatique. Une double fierté pour l’Université de Californie qui s’est engagée vers la neutralité carbone d’ici 2025.