A Vannes, une station à hydrogène pour les bateaux, bus et bennes à ordures

A Vannes, une station à hydrogène pour les bateaux, bus et bennes à ordures
Cet établissement imaginé dans le cadre du projet Hylias serait inauguré en 2022, à proximité de la gare maritime.
  
La ville de Vannes, dans le Morbihan, dispose d’atouts importants pour le développement de la mobilité alimentée à l’hydrogène vert. A tel point que les stations d’avitaillement, déjà existantes ou en projet, finissent par se confondre. C’est en 2017 que la toute première a été ouverte, rue de Luscanen. Du jamais vu en Bretagne à l’époque ! A disposition du syndicat de l’énergie départemental - Morbihan Energies -, très actif sur la mobilité durable (bioGNV, électrique à batterie et à hydrogène), elle reçoit déjà pour son électrolyseur une électricité produite par des panneaux photovoltaïques.

La présence de Michelin dans la zone industrielle du Prat, de l’autre côté de Vannes, aide à transformer l’essai. Le manufacturier exploite depuis longtemps l’hydrogène dans son processus de fabrication des pneumatiques. D’où l’idée d’ouvrir sur place une deuxième station qui puisse être ouverte aux professionnels et particuliers cette fois-ci. Retardé d’environ un an, ce projet est sur le point d’aboutir. S’y ajoute une 3e station, d’un nouveau genre puisqu’elle alimentera aussi bien des bateaux que des véhicules terrestres.
 

3ème station hydrogène à Vannes

Dans un article publié dimanche 6 décembre 2020, Ouest-France apporte de nouvelles informations sur la troisième station hydrogène de Vannes. Tout d’abord une adresse : Allée Loïc-Caradec, dans le port. Ce site n’a pas été choisi au hasard. C’est de là que partent les vedettes pour rejoindre les îles qui composent le parc naturel régional du golfe du Morbihan. En 2023, la flotte actuelle sera étoffée avec un bateau hydrogène capable d’accueillir entre 150 et 200 personnes à son bord.

Autre intérêt du lieu : sa proximité avec le parc des expositions Chorus. Le vaste parking qui accueille les voitures des visiteurs pourrait, selon le quotidien, recevoir des ombrières couvertes de panneaux photovoltaïques. L’électricité ainsi obtenue alimenterait l’électrolyseur de la nouvelle station. Dans un deuxième temps, ce sont des hydroliennes installées dans le golfe qui pourraient fournir de l’énergie verte.
 

Une station surdimensionnée

Europe technologies et ses 25 partenaires qui constituent le pool porteur du projet Hylias (HYdrogen for Land, Integrated renewables And Sea) ont décidé de voir large pour la station du port de Vannes. Le directeur du développement du groupe Europe technologies, François Lefebvre, explique qu’elle occuperait une place équivalente à « 3 ou 4 containers de 20 pieds ».

C’est bien plus qu’il n’en faut pour alimenter le bateau dessiné par le cabinet L2O naval installé à Lorient. Il s’agit d’anticiper l’avitaillement des poids lourds tels que les autobus et bennes à ordures ménagères de l’agglomération. Cette utilisation complémentaire permettrait de rentabiliser un investissement de 8 millions d’euros dédié à la station, auquel s’ajoutent les 7 millions pour la construction du bateau. Alors que d’importantes zones blanches existeront encore en France dans les années à venir concernant l’avitaillement en hydrogène pour la mobilité, la collectivité de presque 170.000 habitants fera exception avec ses 3 stations hydrogène.