Partenaires premium
Air Liquide
ADEME PACA

Elektra : Un bateau à pile hydrogène pour Berlin et Hambourg

Elektra : Un bateau à pile hydrogène pour Berlin et Hambourg
Le logisticien et gestionnaire de ports commerciaux Behala a commandé, pour le projet de bateau Elektra, 3 piles hydrogène au spécialiste canadien Ballard. Le navire, présenté comme un démonstrateur unique au monde, pourrait transporter en Allemagne des marchandises comme des voyageurs, mais aussi se faire centrale mobile flottante d’approvisionnement en électricité et/ou chaleur, pour dépannage ou pour une alimentation énergétique à moindre coût.
 

Push Boat


De type Push Boat, ou remorqueur, l’Elektra aurait pour principale mission de transporter du fret entre Berlin et Hambourg, mais aussi, plus localement, dans la capitale allemande, en exploitant les voies navigables du territoire. La construction du navire de près de 20 mètres de long, pour 8,2 m de large, débute à peine au chantier naval Hermann Barthel de Derben. Dirigés par le département de conception et d’exploitation des systèmes maritimes de l’université technique de Berlin, les travaux devraient être achevés fin 2020.
 

3 x 100 kW

Ce sont 3 piles hydrogène FCveloCity, de chacune 100 kW de puissance, que Ballard Power Systems livrera, intégrera, mettra en service et testera en situation réelle dans le courant de l’année prochaine. Les réservoirs de stockage H2, prévus pour contenir 750 kg de gaz comprimé au total, seront fournis par Anleg GmbH.

L’alimentation des 2 moteurs électriques, de chacun 210 kW de puissance, s’effectuera prioritairement via un jeu de batteries modulaires, d’une capacité énergétique totale utile de 2.050 kWh, installé par EST-Floattech. Ce qui permet de qualifier le groupe motopropulseur du bateau expérimental « d’électrique à prolongateur d’autonomie » ou « hybride série ». Un pack supplémentaire 300 kWh assurera la fourniture en électricité à bord.


 

Réseau de ravitaillement

En parallèle à la construction de l’Elektra, un réseau de ravitaillement (électricité + hydrogène) sera développé dans la zone d’exploitation du bateau. Il sera alimenté par des sources renouvelables d’origine éolienne.

Si le plein en électricité serait effectué lors du chargement ou du déchargement des marchandises dans les ports, celui des réservoirs d’hydrogène pourrait être réalisé en différé. Vides, ils seraient remplacés par d’autres pleins, transportés par camion depuis la station de production par électrolyse proche. En outre, la cabine du navire est recouverte de panneaux photovoltaïques pour une puissance de 2,7 kW crête.

Vers des déclinaisons en série

Conçu dans le cadre de la politique environnementale du gouvernement fédéral allemand, l’Elektra pourrait donner naissance à une série de bateaux exploitables pour le transport de marchandises, de personnes, et même pour des modèles de loisir.

Toutefois les coûts d’investissement pour une telle réalisation sont aujourd’hui nettement plus élevés que ceux à engager pour construire un bateau comparable à propulsion classique. D’où l’idée de confier à l’Elektra et à sa descendance d’autres missions dont la liste commence à peine à s’ouvrir. Les porteurs du projet ont déjà imaginé, par exemple, de l’exploiter comme centrale mobile électrique et/ou à chaleur pour alimenter occasionnellement divers sites. Soit en dépannage, soit pour disposer d’une énergie moins chère et de source renouvelable.