Partenaires premium
Air Liquide
ADEME PACA

Wartsila met au point des moteurs thermiques fonctionnant à l'hydrogène

Wartsila met au point des moteurs thermiques fonctionnant à l'hydrogène
Spécialisée dans la fabrication industrielle de générateurs électriques et de moteurs de bateaux, la société finlandaise Wärtsilä annonce de prochains blocs capables de fonctionner avec de l’hydrogène pur.

Pour l’entreprise fondée en 1834, et dont le siège est à Helsinki, proposer à son catalogue des moteurs tournant seulement avec de l’hydrogène sera une avancée majeure. Elle compte déjà des blocs qui peuvent être alimentés avec du méthanol et du méthane synthétique décarboné. Dans le cadre de sa stratégie pour rendre vertueuse la technologie mécanique sur laquelle elle s’appuie depuis presque toujours, Wärtsilä poursuit ses recherches autour de l’utilisation d’hydrogène comme carburant. Et ce, conformément à divers projets qui tendent à débarrasser de leur empreinte carbone la production d’électricité et de chaleur, mais aussi la navigation des navires les plus imposants.

20 ans de recherche

Déjà 20 ans de travaux qui ont abouti à une alimentation à 60% d’hydrogène et 40% de gaz naturel. Désormais Wärtsilä se consacre à mettre au point un bloc qui fonctionnera exclusivement avec ce gaz que l’on peut obtenir par électrolyse de sources renouvelables.

Concernant plus particulièrement les unités qui permettront de produire proprement de l’électricité avec des blocs H2, Marco Wiren, président de Wärtsilä Energy Business, assure que les moteurs conçus par l’entreprise pour une alimentation au gaz « offrent une puissance d’équilibrage très dynamique ».

Energies renouvelables

L’entreprise finlandaise joue aussi sur la perception, largement partagée actuellement, que l’hydrogène comme carburant permet le développement des énergies renouvelables intermittentes. Le stockage par batterie ne sera pas suffisant, rappelle Wärtsilä, « dans des conditions météorologiques persistantes de vent et de soleil faibles ».

L’entreprise évoque un stockage souterrain du gaz qui permettrait de limiter la taille des unités de stockage tampon par batterie. D’où une amélioration de l’efficacité du système d’alimentation, la réduction des coûts de production, et une sécurité d’approvisionnement élevée même dans des conditions météos rares et inhabituelles.