Partenaires premium
Air Liquide
ADEME PACA

L'Allemagne veut devenir le leader mondial de l'hydrogène

L'Allemagne veut devenir le leader mondial de l'hydrogène
Après de longs mois de discussions, le gouvernement allemand a finalement présenté ce mercredi 10 juin sa feuille de route pour la filière hydrogène. Représentant un investissement global de 9 milliards d’euros, celle-ci prévoit notamment la production de 5 gigawatts d’hydrogènevert  d’ici à 2030.

Avec six mois de retard sur le calendrier initialement prévu, l’Allemagne vient d’officialiser sa feuille de route pour la filière hydrogène. Adoptée ce mercredi 10 juin en conseil des ministres, cette stratégie nationale pour l’hydrogène va mobiliser 7 des 130 milliards prévus par le plan de relance allemand. Une somme colossale si on la compare aux 100 millions d’euros annoncés en 2018 par la France dans le cadre du plan Hulot. Celle-ci servira à financer la recherche, les infrastructures mais aussi à mettre en œuvre les conditions nécessaires à la production d’hydrogène vert.

« Nous posons les jalons pour devenir le numéro un mondial des technologies de l'hydrogène. L'Allemagne va jouer un rôle de pionnier, comme nous l'avons fait il y a vingt ans avec la promotion des énergies renouvelables » a déclaré le ministre de l’économie allemand, Peter Altmeier, lors d’une conférence de presse où il s’est rendu à bord d’une voiture à hydrogène.

10 GW d’hydrogène vert d’ici 2040

Car elle est essentielle à la décarbonation du secteur, la production d’hydrogène vert est la priorité numéro 1 des autorités allemandes. L’objectif est de parvenir à une production de 5 GW en 2030 et 10 de GW en 2040.

Souhaitant privilégier la production par électrolyse, le gouvernement estime qu’il faudra 20 TWh d’électricité renouvelable pour parvenir à atteindre l’objectif de 5 GW prévu à horizon 2030. Une ambition qui nécessitera un fort développement des énergies renouvelables, en premier lieu sur les secteurs éolien et solaire.

Le gouvernement allemand devra toutefois faire appel à des pays tiers pour s’alimenter en hydrogène vert. Dans cette perspective, un premier partenariat a été signé avec le Maroc pour la construction d’une usine de 100 MW. « Nous aurons besoin du soleil de l’Afrique, car nos ressources renouvelables ne suffiront pas », a avoué Gerd Müller, le ministre du développement. 

Au total, 2 milliards d’euros supplémentaires seront mobilisés pour multiplier ces initiatives. Un système présenté comme « gagnant-gagnant ». L’Allemagne apportera ses technologies aux pays partenaires et pourra importer de l’hydrogène vert en contrepartie.

Quid de la mobilité ?

Sur les 38 mesures proposées par le gouvernement, 9 concernent le domaine de la mobilité. Est notamment évoqué le « développement coordonné » d’une infrastructure d’avitaillement capable de couvrir les besoins de tous types de véhicules : voitures particulières mais aussi véhicules lourds et transport ferroviaire. Dans ce cadre, le fonds pour l’énergie et le climat doit débloquer une enveloppe de 3.4 milliards d’euros.

Outre le développement des infrastructures, le gouvernement allemand compte également soutenir les investissements dans les véhicules à hydrogène pour « activer le marché ». La mesure 6 évoque une enveloppe de 2,1 milliards d'euros dédiée au financement des véhicules électriques. 900 millions d'euros seront dédiés aux aides à l'achat de véhicules utilitaires à propulsion alternative et 600 millions d'euros pour l'achat de bus. A ce stade, le montants des aides qui seront allouées n'a pas été annoncé.

En savoir plus :