Equans : « Sur l'hydrogène, nous avons besoin de projets intermédiaires pour arriver à maturité »

Mis à jour le 14.02.2024 à 19:37
Equans : « Sur l'hydrogène, nous avons besoin de projets intermédiaires pour arriver à maturité »
Rachetée par Bouygues en 2022, Equans était une nouvelle fois présente au salon Hyvolution à Paris. L’occasion d’un point d’étape avec Caroline Mazzoleni, Directrice des activités hydrogène et e-fuels de l’entreprise.
 
Quel est le rôle d’Equans au sein de la filière hydrogène ?
 
Caroline Mazzoleni : Equans est un acteur qui développe, conçoit, installe, exploite et maintien des infrastructures. Nous sommes EPC sur des centrales de production d'hydrogène décarbonée.
 
Sur la mobilité, on travaille plutôt sur des projets de territoires, sur des usages lourds et intensifs : transport de personnes, collecte des déchets, transport par camions, etc… On installe et on exploite techniquement les infrastructures. Nous sommes également positionnés sur les e-fuels, en particulier pour le maritime et l'aviation.

 
Combien de personnes sont mobilisées au sein de l’activité hydrogène ?
 
Aujourd’hui, Equans compte une équipe d'expertise hydrogène composée d'une vingtaine de personnes. Ensuite, on s'appuie en interne sur des ingénieries spécialisées qui travaillent et qui contribuent au lancement de l’activité.


A date, quelles sont vos réalisations ?

Nous avons démarré par des projets de taille intermédiaire. L'objectif, c'était d'avoir une courbe d'apprentissage pour nos équipes pour bien comprendre les technologies et notamment celle des électrolyseurs.
 
Nous avons commencé par du stationnaire avec deux projets en France qui datent déjà de 2019 et 2021. L’un pour la Direction générale de l'aviation civile (DGAC) pour lequel on a installé des systèmes d’alimentation autonomes sur des sites isolés avec une production d’hydrogène liée à la production solaire. Comme nous étions sur la chaine hydrogène complète, cela nous a permis de bien comprendre l'ensemble des équipements et leur fonctionnement. On a refait ce type d'équipement pour l'université de Nice Côte d'Azur, plutôt sur de l'autoconsommation pour amener de la flexibilité à une production renouvelable, en l'occurrence solaire.



Nous avons aussi travaillé sur un projet qui s'appelle HyFlexPower, pour le compte d'un industriel. L'objectif ici était de produire de l'hydrogène pour alimenter une turbine à gaz et donc de diminuer les émissions de CO2.
 
En dehors de la France, nous avons contribué, à travers notre filiale allemande Kraftanlagen, a un projet en Suisse pour un client qui s'appelle Hydrospider. Nous avons installé un électrolyseur de 2 MW de marque Nel, en technologie PEM, raccordé directement au barrage de Gösgen. La mise en service a eu lieu début février 2020.


Quid des applications sur la mobilité ?

A date, nous n'avons pas encore déployé de stations. Par contre, nous travaillons sur quatre projets : un en région parisienne, un à Orléans, un en Haute-Savoie (Alp’Hyne Mont-Blanc) et un autre en Dordogne, en région Nouvelle-Aquitaine. Sur ces projets, les stations ne sont pas encore opérationnelles, mais on a déjà obtenu les permis et on attaque la phase d'exécution. Equans assurera ensuite l'exploitation technique et la maintenance. L’exploitation commerciale sera confiée à des sociétés dédiées.
 
Même si elles resteront dédiées à des usages de flottes captives, il s'agira de stations mixtes puisqu’elles ont fait l'objet de subventions européennes qui imposent d'avoir un accès public. Leur ouverture est prévue entre 2024 et 2025.


Un projet de construction d'une station ou d'une unité de production d'hydrogène ?
Conception, construction, ingénierie, maintenance... production ou distribution d'hydrogène, retrouvez les entreprises du secteur dans notre marketplace.
En savoir plus


Sur les stations comme les unités de production, Equans agit en tant qu’intégrateur. Avez-vous des partenariats privilégiés avec certains fabricants ?

Aujourd’hui, nous sommes agnostiques sur la techno. Sur l’électrolyse, on installe aussi bien du PEM que de l'alcalin. Sur les stations, nous n’avons pas encore exploré l'ensemble du champ des possibles avec les fabricants. Dans la conception, on essaye de voir quelles sont les solutions les plus adaptées aux différents cas d'usage.
 
Par contre, nous préparons déjà la phase d'après. Sur les grands projets, Equans travaille sur des partenariats avec des acteurs qui ont une capacité d'industrialisation de leur production pour suivre les ambitions d’Equans. On cherche aussi des acteurs en mesure d'apporter des garanties à nos clients quant au suivi des installations dans le temps.
 

Pour sa propre flotte, Equans teste également des véhicules à hydrogène ?
 
Aujourd'hui, nous sommes en train de tester les véhicules qui sont disponibles sur le marché. Sur notre agence de Jarrie (Isère, ndlr), qui assure la maintenance pour l'industrie, nous avons déjà expérimenté un véhicule utilitaire léger avec HYVIA. L’idée était de voir s'il correspondait à l'usage de nos techniciens qui vont sur les chantiers.
 
Au-delà des utilitaires légers, on cherche aussi à décarboner nos tracteurs 44 tonnes sur les chantiers de construction. Plus globalement, au niveau du groupe Bouygues, nous essayons de déployer sur les chantiers des groupes électro-hydrogènes. On travaille aussi sur des engins spéciaux avec notamment un partenariat pour une nacelle élévatrice avec un prolongateur d'autonomie à hydrogène.

 
A Hyvolution, Equans a annoncé un accord avec Valeco. En quoi consiste ce partenariat ?
 
Cela concerne la région Nouvelle-Aquitaine. Equans est spécialiste dans la conception, la construction d'infrastructures de production et distribution d'hydrogène. Valeco est un producteur d'énergie renouvelable. L'association et la complémentarité des deux entreprises est assez évidente.
 
L’objectif est d'avoir un raccordement direct avec une ferme solaire, qui est en cours de construction, pour produire de l’hydrogène par électrolyse et alimenter plusieurs stations de distribution. Il y aura des usages en mobilité et industriels avec des acteurs locaux qui utilisent de l'hydrogène, mais qui n'ont pas une taille suffisante pour avoir leurs propres capacités de production sur site.


Quelle sera la capacité du site ? Sa date de déploiement ?

Le déploiement est prévu dans les deux prochaines années. On sera entre 2 et 5 MW, soit une production de 860 kilos à 2.5 tonnes d’hydrogène par jour.

Pourquoi un tel écart dans les projections ?

Nous sommes aujourd’hui en train de concevoir et de travailler le modèle économique. On a fait un travail exploratoire assez important pour identifier le potentiel de consommateurs. Il y a toujours ces « early adopters » qui se positionnent un peu en avant-première, mais tout le monde n'a pas la même maturité et n'est pas prêt à s'engager au même moment.

Donc soit on agira par phases, soit on installera directement 5 MW en estimant que les plus réticents suivront assez rapidement le mouvement.

 
Quelles sont les ambitions et la vision d'Equans en matière d’hydrogène ? Une accélération est-elle attendue dans les prochaines années ?
 
C'est difficile à dire. Mais si nous sommes sur des projets de 5 MW aujourd’hui, on peut se dire qu’on grimpera à 20 MW dans les deux prochaines années. Mais nous sommes aussi positionnés sur des projets beaucoup plus gros, autour des 200 MW, pour de la production d'hydrogène à grande échelle pour les grands bassins industriels. Sur un horizon 5 ans, on pourrait changer de cap rapidement !
 
Dans tous les cas, je reste convaincue qu’il reste une pente à gravir pour atteindre cette maturité technologique nécessaire au déploiement des grands projets. Cette courbe d’apprentissage sur l'hydrogène passe forcément par des projets intermédiaires de 5, 10 ou 20 MW.
 
Philippe Boucly (Président de France Hydrogène ndlr) a annoncé à Hyvolution les chiffres de la filière hydrogène. En termes de volume, on est un peu en retard par rapport à l'objectif. Mais quand on se dit qu’on va passer de marches de quelques mégawatts aujourd’hui à plusieurs centaines de mégawatts demain, la courbe sera forcément exponentielle.
 



Vous avez aimé cet article ? Ne manquez pas les suivants en vous abonnant à H2 Mobile sur Google News ou en nous suivant sur Linkedin.
Annonces