Hydrogène : Bosch s'attaque aux électrolyseurs

Hydrogène : Bosch s'attaque aux électrolyseurs
Bosch accélère sur l’hydrogène vert et se lance dans le développement de composants pour les électrolyseurs. Plus connu pour ses productions dans le domaine de l’automobile ou le bricolage, le groupe allemand, se lance dans la production de stacks (éléments clés d’un electrolyseur) et prévoit d’investir plus de 500 millions d’euros d'ici à la fin de la décennie.
 
« Nous ne pouvons plus nous permettre de repousser les actions pour le climat, et avons donc pour objectif de soutenir l’expansion rapide de la production d’hydrogène en Europe en utilisant la technologie Bosch », a déclaré Stefan Hartung, président du directoire, lors de la présentation des chiffres annuels de l’entreprise. Au-delà d’une réelle préoccupation environnementale, le fait que, selon l’Union Européenne, la demande en hydrogène devrait atteindre les dix millions de tonnes par an d'ici à 2030 et que le marché mondial avoisine 14 milliards d’euros sur la même période (estimation Bosch), ne sont probablement pas étrangers à cet intérêt manifeste.
 
Ce d’autant que, compte tenu de la diversification de l’énergie et de l’abandon des carburants fossiles afin de réduire les émissions de CO2, Bosch risque de voir s’effondrer un pan important de son activité et notamment la fabrication de pompes à injection diesel.
 

Bosch va développer le stack : composant principal d’un électrolyseur

Bosch va donc s’engager dans le développement de composants pour électrolyseur et plus spécifiquement celui de l’élément clé qu’est le stack : il comprend plusieurs centaines de cellules individuelles connectées en série qui permettent l’extraction de l’hydrogène à partir de l’eau. La réaction chimique est facilitée par une membrane échangeuse de protons (PEM). Bosch collabore donc avec plusieurs partenaires pour créer un « module intelligent » en associant un stack pour électrolyseur avec une unité de commande, l’électronique de puissance et divers capteurs.
 
Le projet de Bosch est de créer des stacks sous forme de modules compacts et combinables, pouvant ainsi être utilisés à la fois dans de petites unités d’une capacité maximale de dix mégawatts, mais aussi dans des usines terrestres et offshore avec des capacités en gigawatts – tant pour de nouveaux projets que pour la reconversion d’usines existantes vers la production d’hydrogène vert.
 
Avec la mise en service d’usines pilotes prévue pour l’année prochaine, Bosch prévoit de fournir ces modules intelligents aux fabricants d’électrolyseurs et aux fournisseurs de services industriels dès 2025. En parallèle, Bosch, qui croit fermement en l’hydrogène comme carburant du futur, développe également des piles à combustible stationnaires et mobiles.