Partenaires premium
Air Liquide
ADEME PACA

HyGreen, de l'hydrogène vert pour la mobilité en région Sud

HyGreen, de l'hydrogène vert pour la mobilité en région Sud
Lancé par l’agglomération de Durance-Lubéron-Verdon, le projet HyGreen projette de produire de l’hydrogène d’origine solaire, principalement pour les bus, voire une ligne TER.

Nous l’avons découvert lors du Grand Débat National de Gréoux-les-Bains, début mars 2019. Bernard Jeanmet-Péralta s’adressait à Emmanuel Macron sur le thème de l’hydrogène, en citant le projet local nommé HyGreen, qu’il avait encore du mal à prononcer.

« Le projet HyGreen Provence s’inscrit dans une volonté de production d’électricité photovoltaïque et d’hydrogène vert », avait livré plus tôt le maire de Manosque à ses concitoyens, lors de ses vœux 2019, « nous devons être au rendez-vous, ne pas l’être serait une faute.»

Focus sur la mobilité

Le projet HyGreen Provence consiste en la production d’électricité via panneaux solaires, qui sera stockée sous forme d’hydrogène après électrolyse. Cet hydrogène vert sera mis à disposition en priorité pour les véhicules DSP (Délégation de Service Public), et la mobilité collective. Le stockage est particulier, car en « cavité saline », des puits naturels aujourd’hui inutilisés.

Les fermes photovoltaïques devraient utiliser une surface de 800 ha, voire 1.500 ha d’ici 10 ans. La puissance totale de 600 GWh devrait pouvoir produire 13.000 tonnes d’hydrogène par an. Le budget initial alloué est de 300 millions d’euros, mais les estimations tablent plutôt sur 1 milliard selon Cap Énergies.

Selon les premières estimations du projet, la production initiale d’hydrogène sera possible dès 2023. Le volume produit sera suffisant pour ravitailler 56 bus à pile à combustible hydrogène, qui serviront l’agglomération Durance-Lubéron-Verdon (DLVA).

Puis le train ?

Le vice-président de la DLVA voit même plus loin.  « On revendique de pouvoir équiper à terme la ligne Marseille-Briançon avec un train à hydrogène » a confié Armel Le Hen à la radio Alpes 1.

Cette ligne TER est actuellement équipée d’autorails diesel X72500. Elle serait donc propice à une conversion à des modèles zéro émission, comme cela est prévu en Occitanie. La SNCF a par ailleurs prévu de premiers essais dès 2021 et un premier déploiement opérationnel à l’horizon 2022.