Partenaires premium
Air Liquide
ADEME PACA

Au Japon, Toyota et Air Liquide lancent la production d'hydrogène à grande échelle

Au Japon, Toyota et Air Liquide lancent la production d'hydrogène à grande échelle
Les 2 entreprises vont s’investir dans la région de Chubu, la partie centrale de l'île principale (Honshū) du territoire. Leur action servira en particulier à doper le développement de la mobilité H2, conformément à la feuille de route stratégique définie par le gouvernement japonais en faveur de l’hydrogène et des piles à combustible.

10 partenaires

Air Liquide Japan et Toyota Motor Corporation sont pour ce programme intégrés à un consortium qui comptent 8 autres partenaires privés : Chubu Electric Power, Idemitsu Kosan, Iwatani, JXTG Nippon Oil & Energy, Mitsubishi Chemical, Sumitomo Corporation, Sumitomo Mitsui Banking, et Toho Gas. Ce groupe de travail prospectif sur l’utilisation de l’hydrogène a été constitué pour mener des études transversales dans diverses industries telles que l’énergie (pétrole, gaz et électricité), la pétrochimie, l’automobile et la finance. Leurs recherches doivent permettre d’estimer le potentiel d’utilisation dans la région de Chubu de l’hydrogène importé à grande échelle par la mer.

Né d’un constat

Pour les 10 partenaires, le regroupement s’est imposé après un simple constat : Si la production, la distribution et le développement de technologies innovantes qui entourent l’hydrogène sont portés par différents groupes d’entreprises, les études sur l’utilisation de ce produit et l’émergence de demandes trouvent le plus souvent leurs origines dans des initiatives isolées. La création du groupe intersectoriel, qui s’intéressera dans un premier temps à la région de Chubu, devrait permettre de passer à une autre dimension, plus conforme avec les aspirations japonaises. Et ce, avec l’aide des fournisseurs en hydrogène.

Créer un écosystème

Au final, le travail du consortium doit, dans un contexte de lutte contre le dérèglement climatique, déboucher sur la création d’une demande importante et stable en hydrogène. Cette dernière s’accompagnerait de la mise en place d’une chaîne d’approvisionnement dimensionnée en conséquence. Elle s’intégrerait dans les perspectives figurant à la feuille de route gouvernementale pour bâtir une « Société de l’hydrogène » avec l’objectif de produire 300.000 tonnes d’hydrogène par an à horizon 2030. Les 10 partenaires devraient aboutir à une mise en œuvre sociale au milieu des années 2020, qui servirait de tremplin à la concrétisation du projet national japonais.

3 axes

Les partenaires devront identifier les goulets d’étranglement qui constituent des freins au développement de l’hydrogène au niveau des cadres techniques, financiers et juridiques. Pour les gommer, ils devront suivre plusieurs pistes : développement technologique, réduction des coûts par l’industrie, mise en œuvre de mécanismes de financement en coopération avec les institutions financières, définition d’un cadre réglementaire sous la direction du gouvernement.