Mobilité hydrogène en Chine : Ballard reçoit une commande de 17 millions

Mobilité hydrogène en Chine : Ballard reçoit une commande de 17 millions
C’est la coentreprise Weichai Ballard Hy-Energy Technologies Co., Ltd. (Weichai-Ballard JV) qui a adressé au fabricant de piles hydrogène une commande de 19,2 millions de dollars (17,25 millions d’euros).
 
Dans l’idée d’un approvisionnement à long terme, l’accord porte déjà sur la fourniture en 2020 de cellules MEA (membrane electrode assembly = assemblage membrane électrode). Cette appellation désigne l’élément actif au sein d’une pile à combustible. Il s’agit de la membrane qui laisse passer les ions hydrogènes, mais pas ceux d’oxygène. Elle est entourée des 2 côtés d’une couche de catalyseur et d’une électrode. Détenue à 51% par l’entreprise d’Etat chinoise Weichai Power et à 49% par Ballard, le coentreprise exploitera ces assemblages pour produire ses propres piles hydrogène de dernière génération destinées à équiper des véhicules électriques commercialisés sur le territoire.
 

Usine en construction

Les piles à combustible sortiront d’une usine qui devrait être inaugurée dans le courant du premier semestre de l’année prochaine dans la province du Shandong. S’appuyant sur une rotation en 2 équipes, la capacité initiale de ce nouveau site de production sera de 20.000 piles à combustible ou 10.000 modules employant ces piles créées selon la technologie de la société canadienne spécialisée dans le domaine.

La collaboration entre Ballard et Weichai Power s’étend des voitures particulières aux poids lourds (camions, cars, bus), en passant par les chariots élévateurs. Les 2 partenaires se sont déjà entendus pour définir les processus de fabrication des piles à combustible et l’automatisation des ateliers, établir les acteurs de la chaîne d’approvisionnement, et réaliser les premiers essais de véhicules avec les modèles de piles qui seront bientôt assemblés sur place.
 

Stratégique

Pour Ballard, le partenariat avec Weichai Power est stratégique pour s’implanter en Chine et développer son activité mondiale. L’entreprise, dont le siège est à Vancouver, a réussi un joli tour de force en poussant à la multiplication des usages avec ses piles à hydrogène. Plus vaste que celle proposée en Chine l’année prochaine, sa palette couvre une multitude d’engins, depuis les drones jusqu’aux navires évoluant sur les eaux internationales.