Nikola va se concentrer sur les camions à pile à combustible

Nikola va se concentrer sur les camions à pile à combustible
Nikola va provisoirement interrompre son site de production de Coolidge (Arizona) pour intégrer la version hydrogène de son poids lourd à ses lignes d’assemblage, déclinaison pour laquelle le constructeur reçoit à ce jour le plus de commandes.
 
Selon le dernier rapport du constructeur américain, la production de l’usine de Coolidge, en Arizona, sera arrêtée fin mai. La production reprendra en juillet, initialement uniquement avec des camions H2. Les camions électriques à batteries ne seront fabriqués que sur commande. Une décision que le constructeur justifie par une demande qu’il juge "léthargique". Au premier trimestre, le constructeur a produit une soixante d’exemplaires de son poids lourd électrique à batteries. A l’inverse, le carnet de commandes des versions à hydrogène se rempli beaucoup plus rapidement. Au total, la marque américaine annonce avoir reçu 140 commandes pour son camion à pile à combustible, le Nikola Tre FCEV, en provenance de 12 clients.
 

Evolution du partenariat avec Iveco

Au-delà de la restructuration de son usine américaine, Nikola s’apprête à revoir les contours du partenariat conclu en 2019 avec Iveco. Dans un communiqué commun, les deux entités ont annoncé une « nouvelle étape » de leur partenariat.
 
En pratique, chacune se concentrera sur son propre marché. Selon les termes de l’accord, qui doit encore être validé par les autorités de régulation de la concurrence, Iveco restera concentré sur le marché européen, reprenant au passage à 100 % la joint-venture fondée avec Nikola pour la construction du futur site de production de Ulm (Allemagne). De son côté, Nikola restera focalisé sur le marché américain avec des droits d’utilisation sur l’Iveco S-Way, qui sert de base à la construction de ses poids lourds, mais aussi des accords technologies sur le eAxle de première génération, développé par Iveco et FPT Industrial. 



 

Objectif : maitriser et réduire les coûts

Côté financier, Nikola est toujours dans le rouge. Sur le premier trimestre 2023, le parte du constructeur s'est élevée à 169,1 millions de dollars (154,4 millions d'euros), contre 152,9 millions de dollars (139,6 millions d'euros) au premier trimestre 2022.
 
Pour mieux maitriser sa trésorerie, le constructeur entend travailler à la réduction des coûts au cours des prochains mois. « Je mets personnellement l'accent sur une gestion agressive des trois piliers du fonds de roulement : les réductions de coûts, en particulier les fournisseurs, l'approvisionnement et la gestion des stocks, et bien sûr, les encaissements » a déclaré le directeur financier de l’entreprise, Stasy Pasterick.
 
https://www.nikolamotor.com/press_releases/nikola-corporation-reports-first-quarter-2023-results/

Want to promote your activities to a French qualified professional audience?
Join our partners now to secure new business opportunities!
Learn more



Vous avez aimé cet article ? Ne manquez pas les suivants en vous abonnant à H2 Mobile sur Google News ou en nous suivant sur Linkedin.
Annonces