Avec Regiolis H2, le Grand Est concrétise l'arrivée du train à hydrogène

Avec Regiolis H2, le Grand Est concrétise l'arrivée du train à hydrogène
A l’occasion de la Commission permanente du 19 mars 2021, la Région Grand Est a officialisé l’arrivée de ses premiers trains à hydrogène. Baptisé Regiolis H2, le projet permettra de faire circuler les premières rames dès 2023.

Un peu partout en France, les projets autour du train à hydrogène se concrétisent. Après la région Bourgogne Franche-Comté, c’est au tour de la Région Grand Est de lancer la démarche d’acquisition de ses premières rames hydrogène. Réunis en Commission permanente le 19 mars dernier, les élus ont validé l’acquisition de 3 rames bi-mode électrique/hydrogène et 2 rames optionnelles pour un montant total de 86 millions d’euros.

Commandées à Alstom, celles-ci seront assemblées sur le site de Reichshoffen (Bas Rhin) où seront aussi fabriquées les neuf rames supplémentaires commandées par trois autres régions pionnières du train à hydrogène (Rhône-Alpes, Bourgogne-Franche-Comté et Occitanie).

A partir de 2023

Dans les prochains mois, la région Grand Est va affiner les contours du projet en précisant les lignes qui accueilleront ces trains à hydrogène. En matière de calendrier, le projet Regiolis H2 prévoit l’expérimentation des premières lignes dès 2023 et le lancement de l’exploitation commerciale pour 2025.

« Cette première expérimentation sera fondamentale pour développer une filière ferroviaire hydrogène française et, dans un deuxième temps, produire le train léger hydrogène dont la Région Grand Est a absolument besoin pour développer sa politique de sauvegarde et de développement des petites lignes ferroviaires » fait savoir le communiqué de la région. Sous dix ans, la région devra en effet remplacer 35 autorails légers. Alors que la technologie 100 % électrique est aujourd’hui écartée, l’hydrogène apparait comme la solution idéale pour une transition zéro émission.