Strasbourg : bientôt une station service à hydrogène vert de nouvelle génération

Strasbourg : bientôt une station service à hydrogène vert de nouvelle génération
Le distributeur de gaz strasbourgeois R-GDS et la start-up Eifhytec viennent de signer une convention pour engager la construction d’une station hydrogène équipée d’un compresseur thermique d’ici 2023. Cette nouvelle solution technique, développée par la jeune pousse alsacienne, offre l’avantage de réduire considérablement le bruit et la consommation électrique générés par la compression d’hydrogène dans une installation plus classique.
 
Ne rejetant ni CO2, ni particules polluantes, les véhicules à pile à combustible sont au  cœur de la mobilité durable. Si la gamme des véhicules proposés à la vente s’est considérablement élargie et si leur autonomie frise désormais les sept cents kilomètres , la trop faible densité du réseau de ravitaillement reste un frein majeur à son développement rapide. Certes près de 5.000 projets, au niveau mondial, sont prévus d’ici 2032 ; mais il reste néanmoins un certain nombre d’obstacles qui ralentissent l’émergence franche de la mobilité hydrogène.
 
En effet, les coûts d’installation et de maintenance restent très élevés notamment de part les systèmes mécaniques de compression du gaz qui, de plus, s’avèrent très bruyants. La jeune start-up Eifhytec veut répondre à cette problématique par une rupture technologique de son invention : le compresseur thermique. Grâce à l’absence de pièces mobiles, le nombre de décibels émis par le compresseur est très fortement réduit, la maintenance est simplifiée, et il est possible de remplacer la consommation d’électricité par la valorisation de chaleur perdue.
 
Et c’est là que l’innovation d’Eifhytec rejoint une autre projet de R-GDS. Dés lors que la phase expérimentale sera terminée, courant 2022 ,le compresseur thermique sera mis en service dans une station créée pour l’occasion là ou R-Hynoca,  filiale de R-GDS, est sur le point d’implanter son futur site de production d’hydrogène renouvelable par thermolyse de biomasse. Comme l’explique Christian Bestien, impliqué dans le projet, le procédé est vertueux et simple : «la biomasse est chauffée à plus de 500 degrés et sous l'effet de la chaleur, elle se transforme en gaz et passe ensuite dans un module de craquage. À la sortie, on n'a plus que des petites molécules et beaucoup d'hydrogène».
 
La chaleur générée par ce procédé sera pour partie redirigée vers la station-service, pour faire fonctionner le compresseur. La pertinence de cette synergie réside dans le fait qu’elle valorise une chaleur de récupération peu onéreuse et neutre en carbone, contribuant ainsi à l’équilibre économique de la station-service et à l’optimisation de son bilan environnemental.
 
La station devrait distribuer dès 2023 de l’hydrogène renouvelable produit sur le site R-Hynoca : un carburant décarboné et d’origine 100% locale.