Partenaires premium
Air Liquide
ADEME PACA

Zero Emission Valley : la future station hydrogène de Chambery entame ses travaux

Zero Emission Valley : la future station hydrogène de Chambery entame ses travaux
D’une capacité de 50 véhicules par jour, la station à hydrogène de Chambéry sera opérationnelle d’ici fin 2019.

Inscrite dans le cadre du dispositif « Zero Emission Valley » mis en place par l’Europe et la région Auvergne-Rhône-Alpes, la future station à hydrogène de Chambéry a entamé ses travaux le 20 juin dernier à l’occasion d’un événement de « pose de la première pierre » organisé en présence de Laurent Wauquiez, président de la région Auvergne Rhône-Alpes, Xavier Dullin, président de Chambéry–Grand Lac économie et Michel Dantin, maire de Chambéry.

Attendue d’ici fin 2019 et installée à proximité immédiate de l’A41, la station sera en mesure de délivrer de l’hydrogène à 700 bars de pression. Une énergie qu’elle fabriquera sur place grâce à un électrolyseur. Alimenté à partir d’électricité d’origine renouvelable, celui-ci sera capable de produire jusqu’à 40 kilos d’hydrogène par jour, soit de quoi alimenter 50 véhicules. 

15 entreprises partenaires

Pour assurer , 15 entreprises se sont engagées dans l’acquisition de près de 40 véhicules : SDIS 73, Vicat-SATM, ENGIE Cofely, SCDC, Savoie Déchets, EDF CIH, Taxis et VTC 73, Chambre des Métiers et de l'Artisanat, Jean Lain Automobiles, Ville de La Motte-Servolex, Ville de Chambéry, Ville d'Aix-les-Bains, Département de la Savoie, SERFIM, Grand Lac, Grand Chambéry...

L’objectif est d’atteindre les 50 véhicules avant la fin de l’année 2019, date à laquelle la station sera officiellement lancée.

Ambition régionale

La future station à hydrogène de Chambéry s’inscrit dans le cadre du programme Zero Emission Valley. Lancé en 2017 et soutenu par l’Europe et l’ADEME, celui-ci vise à accélérer l’usage de l’hydrogène sur l’ensemble du territoire régional.

Regroupant acteurs publics et privés, il vise à créer 20 stations à hydrogène alimentées par 15 électrolyseurs et à financer le déploiement d’une flotte de 1.000 véhicules à pile à combustible.