Ce guide recense les nouveaux métiers de l'hydrogène

Ce guide recense les nouveaux métiers de l'hydrogène
Réalisé par France Hydrogène, ce guide apporte un éclairage sur les métiers et compétences nécessaires au développement de la filière française de l’hydrogène. Une façon d’anticiper les besoins en formation.

Plus qu’une filière énergétique d’avenir, l’hydrogène est également un véritable vivier pour l’emploi. A horizon 2030, l’association France Hydrogène estime que plus de 100 000 emplois seront mobilisés. Une montée en puissance qui nécessite des compétences variées allant de la fabrication des composants (piles à combustible, stations d’avitaillement, électrolyseurs, réservoirs etc…) aux différents services qui gravitent autour de la filière (études, maintenance, audit…).

Afin d’y voir plus clair et d’identifier dès aujourd’hui les besoins de demain, France Hydrogène vient de publier un nouveau guide dans lequel sont référencés 84 métiers structurant la filière hydrogène. Si certains reposent sur des métiers existants auxquels devront être ajoutés une « spécialisation hydrogène », beaucoup nécessitent des connaissances scientifiques poussées. Alors que les activités de conception sont prépondérantes dans une filière en pleine phase de croissance industrielle, 49 métiers sur 84 sont réservés à des profils dotés « à minima d’un bac +5 scientifique ». « Ces ingénieurs doivent pour beaucoup maitriser les domaines techniques liés à l’hydrogène comme le génie électrique, la mécanique des fluides, les aspects Qualité-Sécurité-Environnement » note le communiqué de France Hydrogène.

17 métiers en tension

Electronicien de puissance, électromécanicien, certificateur, chargé de conformité, tuyauteur-canalisateur, ingénieur mécatronique etc… les nouveaux métiers de l’hydrogène font parfois appel à des compétences techniques déjà très demandées par d’autres filières industrielles. Sur les 84 métiers recensés, 17 sont déjà considérés comme « en tension ». Pour anticiper les besoins et limiter le risque de pénurie, France Hydrogène appelle à développer les différents cursus de formation.

A l’heure actuelle, seules quelques formations spécifiques à l’hydrogène sont recensées. Une situation qui pourrait toutefois changer dans les années à venir grâce à l’investissement de plusieurs industriels. Dans la région lyonnaise, Symbio souhaite lancer une Hydrogen Academy capable de former 300 personnes par an aux métiers de l’hydrogène. Même principe pour Air Liquide qui souhaite lancer avec son H2 Academie un « BTS Hydrogène » à compter de septembre 2021 à Port-Jérôme, en Normandie.

« La filière hydrogène peut faire changer l’image et la perception de l’industrie en France. Du chaudronnier à l’ingénieur en matériaux, soudeur ou électromécanicien, tous sont requis par cette filière industrielle d’excellence qui valorise les métiers de l’innovation et de la transition écologique. Mais pour faire coïncider les enjeux stratégiques aux réalités du monde professionnel, des efforts doivent immédiatement se porter sur le développement de formations pour palier le risque de pénurie de savoir-faire » souligne le Président de France Hydrogène, Philippe Boucly.

Aller plus loin