Cet avion à hydrogène liquide pourrait traverser l'Atlantique

Cet avion à hydrogène liquide pourrait traverser l'Atlantique
Des chercheurs britanniques viennent de dévoiler les spécificités d'un projet d'avion à hydrogène liquide capable de traverser l'Atlantique...

Ce projet nommé FlyZero a été présenté le lundi 6 décembre par l'Institut de Technologie Aérospatiale juste avant la quatrième réunion du Jet Zero Council, un partenariat entre l'industrie et l'État britannique qui vise à réduire les émissions de CO2 de l'aviation.

Doté d'une envergure de 54 mètres, l'appareil sera équipé de grands réservoirs cryogéniques à l'arrière et de deux réceptacles de plus petites dimensions à l'avant (le stockage de l'hydrogène sous une forme liquide nécessitant des températures extrêmement basses). Il sera propulsé par deux turboréacteurs.

"Ce projet novateur d'avion à hydrogène liquide est un pas de plus vers un monde où les voyageurs pourront effectuer des trajets aériens sans émission de dioxyde de carbone", a déclaré récemment Grant Shapps, secrétaire aux transports britanniques.

De nombreux passagers pour de longs trajets

Doté d'une enveloppe budgétaire de 17,5 millions d'euros, ce projet permettrait d'effectuer des vols directs au-dessus de l'océan Atlantique. Pour des trajets entre le Royaume-Uni et l'Australie ou la Nouvelle-Zélande, les vols exigeraient une seule escale de ravitaillement en hydrogène.

L'Institut de Technologie Aérospatiale britannique affirme que son prototype d'avion à hydrogène sera par ailleurs capable de transporter 279 passagers. Si ses affirmations se concrétisent, il s'agira d'une première mondiale. Jusqu'à aujourd'hui, les projets d'avions à hydrogène ne se sont en effet focalisés que sur des appareils de petite taille et volant sur de courtes distances.


Des coûts d'approvisionnement voués à diminuer

Les voyages en avion étant à eux seuls responsables de près de 3 % des émissions mondiales de CO2, la diminution drastique de cette pollution serait extrêmement bénéfique pour l'environnement. Le projet de l'institut pourrait donc apporter une pierre cruciale à cet édifice. Selon ses chercheurs, les secteurs s'orientant vers l'hydrogène étant de plus en plus nombreux, cela devrait inévitablement entraîner une baisse de ses coûts d'approvisionnement.

Des appareils opérationnels dans une quinzaine d'années ?

Pour le moment, l'institut n'a pas encore fixé de date pour le premier décollage de son avion à hydrogène. Il a toutefois déclaré que les appareils de ce type seront opérationnels autour de 2035 et qu'ils seront beaucoup plus rentables que les avions traditionnels.

Au mois d'octobre, les compagnies aériennes mondiales se sont données pour objectif d'atteindre le "zéro émission" d'ici 2050. Une date qui semble réaliste si l'on se fie aux prévisions de l'Institut de Technologie Aérospatiale britannique...



Annonces