En Chine, Great Wall Motor investit massivement dans l'hydrogène

En Chine, Great Wall Motor investit massivement dans l'hydrogène
Figurant parmi les plus grands constructeurs automobile en Chine, Great Wall Motor poursuit ses investissements dans l’hydrogène et prévoit la présentation d’un premier SUV à pile à combustible dès cette année.

Après avoir engagé une première enveloppe de 2 milliards de yuans (259 millions d’euros) en R&D dans le secteur de l’hydrogène, le constructeur chinois Great Wall vient de débloquer 3 milliards de yuans supplémentaires (388 millions d’euros). Etalé sur trois ans, ce nouvel investissement vise à faire du constructeur l’un des principaux fabricants de voitures à hydrogène d’ici à 2025.

« Le développement de l'industrie liée à l'hydrogène progressera aussi rapidement que celui des véhicules électriques », a déclaré Wei Jianjun, fondateur du groupe, lors de la présentation d’une feuille de route dédiée à l’hydrogène organisée ce lundi 29 mars.




Engagée à introduire des véhicules à hydrogène à l’occasion des Jeux Olympiques d’Hiver de Pékin 2022, Great Wall prévoit de présenter son premier SUV à hydrogène dans le courant de l’année.

A l’échelle du pays, Great Wall n’est pas le seul constructeur à investir massivement dans l’hydrogène. Considéré comme le plus grand constructeur automobile chinois, le groupe SAIC a annoncé l’an dernier vouloir lancer 10 modèles à hydrogène au cours des cinq prochaines années.

Une accélération portée par les autorités chinoises. Dans le cadre d’un plan dédié aux « véhicules à énergies nouvelles » présenté en novembre dernier, le gouvernement chinois a fait du développement de la filière hydrogène l’une de ses priorités. D’ici à la fin de la décennie, la Chine vise un objectif d’un million de véhicules à pile à combustible en circulation. Une ambition qu’elle finance par grâce à des centaines de millions de yuans de subventions.