Et si les bus à l'impériale anglais roulaient à l'hydrogène ?

Et si les bus à l'impériale anglais roulaient à l'hydrogène ?
Le constructeur d’autobus britannique Alexander Dennis Ltd. (ADL) élargit sa gamme de bus à étage en créant un modèle à pile à combustible dont une partie de la technologie provient de l’équipementier automobile allemand ZF.
 

C’est l’histoire d’un (bus) anglais et d’un (essieu) allemand…

ADL a passé deux ans à peaufiner ce modèle de pile à combustible. La société ZF, impliquée dès le début du projet, a travaillé sur le prototype en fournissant son essieu électrique AxTrax AVE. Celui-ci a été installé sur un modèle développé par ADL sur la base de sa série Enviro400. Outre l’AxTrax AVE, ZF fournit également l’onduleur, l’unité de contrôle électronique et le logiciel de commande.
 
Le prototype a déjà donné des résultats convaincants lors d’essais sur le terrain dans plusieurs villes britanniques.
 

Un essieu moteur électrique qui fait le tour du monde

L’essieu moteur AxTrax AVE, créé par ZF en 2012, est aujourd’hui très demandé sur le marché international.
 
Selon le fabricant, « il couvre un large éventail d'applications car il peut fonctionner aussi bien en configuration de pile à combustible qu'en mode hybride ou avec des batteries lithium-ion ».  Cet essieu moteur électrique à forte puissance motrice laisse ainsi aux fabricants une grande liberté dans la conception de l’habitacle. C’est sans doute ce qui a séduit ADL, qui fait un pas de plus vers la transition écologique en incluant un autobus à impériale à hydrogène au sein de son offre.