Partenaires premium
Air Liquide
ADEME PACA

Hydrogen Roadmap Europe : une ligne à suivre pour 2050

Hydrogen Roadmap Europe : une ligne à suivre pour 2050
Rapport publié par le groupe public-privé FCH JU, Hydrogen Roadmap Europe donne ses prévisions pour la filière hydrogène à l’horizon 2050 avec un focus sur le secteur des transports.

Hydrogen Roadmap Europe est un rapport publié début février 2019 par Fuel Cells and Hydrogen Joint Undertaking (FCH JU), consortium public-privé incluant Air Liquide, Alstom, Michelin, Toyota ou la Commission Européenne. Publié en février 2019, l'Hydrogen Roadmap Europe est un rapport préalisant les prévisions 2050 de la filière hydrogène dans différentes domaines dont évidemment celui des transports.

L’hydrogène pour les longs trajets routiers et les véhicules lourds

Selon FCH JU, les véhicules à hydrogène seraient moins coûteux que leurs homologues électriques à partir de 100 kilomètres d’autonomie. Ils offrent également une possibilité de recharge de 900 km en 10 minutes contre 10% pour la technologie électrique actuelle.

Le consortium préconise en parallèle l’usage de l’hydrogène pour certaines catégories de véhicules. Sont visées en priorité celles qui sont les plus sensibles à l’autonomie. A savoir bus, camions, utilitaires, taxis et grandes voitures particulières.

Deux scénarii

Selon son scénario « ambitieux », la technologie hydrogène pourrait s’appliquer en masse (plus d’1% du marché) dès 2025 dans les domaines ferroviaire, automobile et utilitaires et à partir de 2030 sur les camions et les petits véhicules. L’hydrogène touchera également les navires et l’aviation. Mais pas avant 2037 !

Selon ces prédictions, la part 2050 de l’hydrogène serait de 9% dans le domaine ferroviaire, 22% dans celui des poids-lourds et 39 % pour les flottes et les taxis. Au total, 8 millions de véhicules circuleraient à travers le monde à cette échéance.

Un second scénario, plus réaliste, a également été émis. Dans celui-ci, l’hydrogène deviendrait une réalité en 2025 pour les bus citadins, en 2030 pour les trains ou utilitaires, en 2035 pour le transport routier et en 2048 pour les voitures et les avions.

 

Infrastructures et production verte

Si seulement 1.000 stations sont prévues d’ici 2025 en Europe, le réseau nécessiterait 15.000 points de ravitaillement en 2040 pour un investissement de 27,5 milliards d’euros chiffre le rapport. Autre enjeu de taille, l’hydrogène – aujourd’hui produit à plus de 90% de façon polluante (vaporeformage, gazéification) – doit devenir renouvelable. Une transition qui passera par la capture du CO2 et l’électrolyse à base d’énergies renouvelables (éolienne, solaire ou hydraulique).