Hydrogène : avec KRUH2, Uniper explore le stockage en cavernes salines

Hydrogène : avec KRUH2, Uniper explore le stockage en cavernes salines
En exploitant le stockage en cavernes, le projet KRUH2 porté par l’énergéticien Uniper vise à expérimenter en situation réelle une chaîne complète de production, stockage et utilisation d’hydrogène vert.

Au cœur du projet allemand KRUH2, le stockage de l’hydrogène en cavernes salines qui pourrait atteindre une capacité de 250 000 m3. Pour que ce soit un peu plus parlant, nous avons procédé à quelques calculs en partant du principe qu’avec des réservoirs de 1 600 litres, un bus hydrogène peut parcourir environ 350 km (Données Van Hool A330FC). A condition que la pression de stockage dans le sol et celle dans les réservoirs soient identiques, les 250 000 m3 d’hydrogène permettrait d’effectuer le plein des bonbonnes de 156 250 bus. Ils pourraient alors parcourir ainsi de l’ordre de 55 millions de kilomètres.

Il est actuellement trot tôt pour connaître la pression qui sera retenue à Krummhoern, dans le nord de l’Allemagne, pour contenir le gaz dans des cavernes salines. En général, pour ce genre de contexte, elle n’excède pas les 200 bars. Une valeur qui pourrait très bien être celle de sortie de l’électrolyseur. Auquel cas, ce seraient encore pas loin de 90 000 bus qui pourraient effectuer le plein d’énergie sur place. Ces chiffres témoignent donc de l’envergure du projet pilote que développe Uniper, à la fois important mais modeste au regard des capacités déjà exploitées par l’entreprise.

Gaz, électricité, chaleur et mobilité

C’est tout un écosystème qui devrait se créer autour d’un ancien site de stockage du gaz naturel, plus utilisé commercialement par l’énergéticien depuis 2017. Il est question d’exploiter l’hydrogène vert obtenu d’un électrolyseur pour alimenter une station d’avitaillement pour la mobilité, produire au besoin de l’électricité ainsi que de la chaleur pour le chauffage, en injecter une partie sur le réseau de gaz, et livrer par camion des entreprises pour les besoins de leurs activités.

Il est également prévu que de l’hydrogène liquide d’origine extérieure mais locale puisse être ajouté dans la boucle. Le tout suppose diverses infrastructures complémentaires, en particulier pour purifier et liquéfier l’hydrogène. La mise en service du site a été programmée à 2024.




Financement

Uniper compte mobiliser une enveloppe d’environ 10 millions d’euros pour son programme KRUH2. Olaf Lies, ministre de l’Environnement du land de Basse-Saxe dont dépend Krummhoern, devrait ajouter 2,375 millions d’euros. « La crise climatique et la guerre contre l’Ukraine nous obligent à accélérer la transition énergétique », a justifié le Ministre.

Soulignant que l’électricité n’est pas la seule source à exploiter pour le développement durable, il a assuré que « l’hydrogène en sera également un élément central ». Et plus précisément : « Nous en avons besoin pour devenir indépendants des énergies fossiles et décarboner notre secteur énergétique et notre industrie ». Une des raisons de se tourner vers l’hydrogène vert est la possibilité de le stocker. Par exemple dans des cavernes salines pour lesquelles Uniper Energy Storage fait figure de spécialiste. La filiale de l’énergéticien dispose en Allemagne, en Autriche et au Royaume-Uni de plus de 7,5 milliards de mètres cubes en capacité utile pour le stockage de gaz. Ce qui est essentiel pour la sécurité des approvisionnements.


Première mondiale

Selon Uniper, le projet pilote KRUH2 endosse une première mondiale : tester de façon pionnière le stockage d’hydrogène dans des cavités salines à l’échelle industrielle. Il s’agit d’obtenir avec ce démonstrateur des informations édifiantes sur l’ensemble de la chaîne de valeur, mais aussi et surtout de progresser sur la manière dont le gaz peut être stocké et sur les réactions des équipements et des matériaux au contact avec la molécule H2.

« Comment pouvons-nous réaliser une capacité de stockage de l’électricité verte dans un avenir sans CO2 ? », interroge Doug Waters. Le directeur général d’Uniper Energy Storage compte beaucoup sur les données recueillies à travers le programme KRUH2 pour « un monde sans combustibles fossiles ».

Convertir un site autrefois utilisé pour le gaz naturel

L’un des points forts du projet développé par Uniper est de s’appuyer sur un site déjà existant de stockage dans des cavernes salines. Sauf qu’il est pour l’instant adapté au gaz naturel. Il doit donc être converti pour l’hydrogène. Une nouvelle cavité va être réalisée en s’appuyant sur un puits déjà existant.

Dans une première phase, il s’agira de tester ce réservoir et d’observer le comportement de tous les éléments qui vont le composer. Ils doivent faire la preuve de leur compatibilité avec l’hydrogène avant le passage à une exploitation pilote en situation réelle, puis une montée en puissance de cette solution.




Annonces