Le marché de l'avion hydrogène devrait atteindre 174 milliards de dollars d'ici 2040

Le marché de l'avion hydrogène devrait atteindre 174 milliards de dollars d'ici 2040
Pour Gediminas Ziemelis, président d'Avia Solutions, le marché de l'hydrogène pour l'aviation devrait atteindre environ 174 milliards de dollars d'ici 2040. Baisse des coûts, investissements importants des majors du secteur, tel Airbus ; autant d’éléments qui étayent son analyse.
 
Depuis des décennies, l'hydrogène est présenté comme le carburant de l'avenir pour l'aviation (Boeing a fait voler son premier avion à hydrogène en 2008). Toutefois, en raison des coûts de production élevés associés à ce carburant, son intégration à grande échelle tardait à se concrétiser.
 
Depuis peu, le développement de nouvelles technologies, concernant tout autant les aéronefs que les infrastructures, ont conduit à une accélération de l’emploi de la pile à combustible dans le secteur aéronautique et à une baisse significative de ses coûts. Les initiatives se multiplient du coté de petits opérateurs (ZeroAvia, Pipsitrel, le centre aérospatial allemand (DLR)…). Surtout, Airbus a décidé d’investir massivement dans le secteur avec pour objectif un premier vol en 2035.

Dans le domaine de l'aviation, l'hydrogène peut être utilisé pour alimenter les piles à combustible ou être directement employé comme source de carburant dans un moteur thermique modifié. Airbus étudie ces deux méthodes pour les avions et s’est engagé dans la fabrication de trois prototypes. 

Compte-tenu du potentiel indéniable qu’offre l’hydrogène au secteur aéronautique, les prévisions de Gediminas Ziemelis, paraissent plausibles. Néanmoins, avec un marché évalué à seulement 27 milliards de dollars d’ici 2030, le chemin à parcourir reste long. L'attention sans cesse croissante portée à la durabilité de l'aviation sera probablement le catalyseur du réel décollage de l'avion à hydrogène.