Toyota et Ballard associés à la mobilité hydrogène en mer

Toyota et Ballard associés à la mobilité hydrogène en mer
Comme fournisseurs de piles à hydrogène, Toyota et Ballard participent à de nombreux projets en mobilité durable. Chacun d’eux ressort dans l’actualité de la semaine concernant l’exploitation de piles à combustible dans des bateaux de forts tonnages conçus pour prendre la mer.
 

C-H2 Ship

Basé en Australie, Global Energy Ventures est un fournisseur de solutions pour la mobilité au gaz (GNV et hydrogène). Dans le cadre de son activité de livraison d’hydrogène vert comprimé, l’entreprise souhaite disposer d’un bateau fonctionnant lui-même avec ce produit. Ce sera le C-H2 Ship.

Global Energy Ventures vient pour cela de signer un protocole d’accord non contraignant avec le spécialiste canadien de l'hydrogène Ballard. Dans une première phase, de démonstration, la puissance de propulsion du navire devrait être inférieure à 10 mégawatts. Lorsqu’il s’agira de l’exploiter en usage commercial, cette puissance sera portée à 26 MW. Ce qui permettra de transporter jusqu’à 2.000 tonnes d’hydrogène, dont une partie sera soustraite pour faire avancer le C-H2 Ship.

Partage des responsabilités

Selon les termes de l’accord, Ballard sera responsable de la conception du système de pile à combustible du C-H2 Ship. Le spécialiste des piles à combustible exploitera pour cela sa technologie FCwave. Il participera également à l’intégration de cette architecture lors de la phase de conception du navire. Cette dernière est en revanche placée sous la responsabilité de Global Energy Ventures qui est également chargé de l’intégration du groupe motopropulseur, mais aussi et surtout du financement du projet.

« Travailler avec Global Energy Ventures nous permettra de faire progresser l’intégration des piles et le stockage de l’hydrogène à l’échelle du mégawatt à bord d’un grand navire des mers », a commenté Rob Campbell, directeur commercial de Ballard.
 

Un transport maritime plus vert

De son côté, Toyota vient d’être associé à un projet d’ampleur en Norvège bénéficiant d’une enveloppe de 5,2 millions d’euros de la part de l’agence publique Innovation Norway.

Ce programme, visant à baisser les émissions de CO2 du transport maritime, est dirigé par Corvus Energy, fournisseur de solutions de stockage d’énergie à base de batteries lithium-ion modulaires pour les applications marines, pétrolières, gazières et portuaires. Pour les plus importantes, l’entreprise norvégienne compte s’appuyer sur des piles hydrogène, se tournant vers Toyota qui bénéficie d’une trentaine d’années d’expérience dans le domaine. A la clé, des tarifs compétitifs à l’heure de passer à la commercialisation à grande échelle.

Production en masse

Depuis une usine implantée à Bergen, Corvus Energy s’apprête à commencer le développement et la production à grande échelle de systèmes de piles hydrogène à membrane PEM certifiés pour des usages dans le transport maritime. Un bateau démonstrateur devrait être présenté en 2023. L’année suivante, débuteraient les premières livraisons commerciales.

La collaboration entre Toyota et Corvus Energy illustre l’intérêt galopant pour l’hydrogène afin de réduire les émissions du secteur. « L’hydrogène est considéré comme une solution majeure pour atteindre l’objectif ambitieux du transport maritime de réduire les émissions de gaz à effet de serre de 50% d’ici 2050 », rappelle le service de communication de l’entreprise norvégienne.
 
 

Annonces