Partenaires premium
Air Liquide
ADEME PACA

Véhicules à pile à combustible : La Chine veut créer une « société de l'hydrogène »

Véhicules à pile à combustible : La Chine veut créer une « société de l'hydrogène »
Wan Gang, le Vice-Président de l’organisme consultatif national de la Chine pour l’élaboration des politiques, est déjà considéré comme le « père de l’industrie automobile électrique en Chine ». Il a annoncé le 9 juin que le marché chinois était prêt à adopter les véhicules à pile à combustible (PAC) à hydrogène.
 

De l’électrique à l’hydrogène, une mobilité toujours plus propre

Cet ancien dirigeant d’Audi, devenu par la suite Ministre des Sciences et Technologies, avait convaincu les dirigeants chinois de miser sur les véhicules électriques il y a 20 ans. Grâce à des subventions gouvernementales, il a réussi à en généraliser l’utilisation, faisant de la Chine le pays où se vend la moitié des voitures électriques aujourd’hui.
 
Wan Gang l’a déclaré : « Aujourd’hui, c’est au tour de l’hydrogène. Le gouvernement chinois va consacrer des ressources au développement des véhicules à PAC et pourra débloquer un financement public » pour l’acquisition de tels véhicules. Suite à cette déclaration, les actions de certaines sociétés liées à l’hydrogène ont déjà commencé à prendre de la valeur sur les marchés chinois. Wan Gang précise que l’avenir de la mobilité chinoise passera par l’hydrogène ET l’électrique. Les voitures électriques domineront la circulation dans les centres-villes, tandis que les autobus et camions à hydrogène parcourront le pays sur des longues distances.

Les débuts difficiles de la pile à combustible hydrogène

Malgré l’abondance d’hydrogène en Chine, l’adoption des voitures à PAC est plutôt lente : seuls 1500 véhicules circulent aujourd’hui, contre 2 millions de voitures électriques.

Dans le monde entier, l’hydrogène a du mal à s’imposer à cause des coûts élevés, du manque d’infrastructures et de la complexité du stockage de l’hydrogène. Son inflammabilité est également à prendre en compte, comme en témoigne le récent incendie d’une station-service en Norvège. Le point de départ de l’adoption de l’hydrogène sera certainement les autobus longues distances, très nombreux en Chine. En effet, leur autonomie leur permettra de rouler au-delà de 500km, alors que les autobus électriques doivent recharger tous les 200 km.

 
Réduire les émissions, une responsabilité nationale

Ces mesures incitatives vont dans le sens de politiques de mobilité engagées. La Chine exige que tous les constructeurs automobiles construisent un minimum de voitures à énergie alternative, y compris l’hydrogène. La vente de voiture à essence ne sera pas interdite, mais les constructeurs qui ne respectent pas les quotas d’énergie verte peuvent acheter des crédits à ceux qui les dépassent. Un système contraignant qui favorise la transition énergétique.