Hydrogène gris : tout ce qu'il faut savoir

Hydrogène gris : tout ce qu'il faut savoir
Issu de ressources fossiles, l’hydrogène gris est aujourd’hui le mode de production le plus répandu mais aussi le plus polluant.

L’hydrogène gris, c’est quoi ?

L'hydrogène est considéré comme gris lorsqu'il est généré via des combustibles fossiles sans que des gaz à effet de serre soient captés.

Très polluant, l'hydrogène gris génére plus de 10 tonnes de dioxyde de carbone (CO2) pour chaque tonne d'hydrogène produit. Tous les ans, ce sont près d'1 milliard de tonnes de dioxyde de carbone qui sont générées par les producteurs d'hydrogène gris répartis sur toute la planète.

Comment est produit l’hydrogène gris ?

La production actuelle d'hydrogène est dans la plupart des cas réalisée à partir de gaz naturel via un processus appelé "vaporeformage". Cette méthode, très énergivore et qui produit aussi du dioxyde de carbone, permet la séparation des molécules d’hydrogène de celles de carbone auxquelles elles sont reliées grâce à de la vapeur d’eau qui fait l'objet d'un surchauffage (entre 700 et 1000 degrés Celsius). On utilise également certains catalyseurs, tels que le fer ou le cuivre, afin de faciliter les réactions souhaitées.

L’hydrogène gris peut aussi être produit en gazéifiant par exemple du charbon. Emettant une forte quantité de dioxyde de carbone, la technique est heureusement peu employée par les entreprises spécialisées dans la production d'hydrogène.

Pourquoi l’hydrogène gris est-il si répandu ?

Le vaporeformage est à ce jour la méthode de génération d'hydrogène la moins onéreuse du marché. Produire un kilogramme d'hydrogène gris coûte en effet environ 1,5 euro. Un prix qui varie en fonction des fluctuations du prix du gaz naturel.
Lorsqu'une taxe carbone est appliquée à sa production, comme c'est le cas dans les pays européens, ce coût s'avère évidemment plus élevé.