Hydrogène low-cost : l'électrolyse capillaire d'Hysata attire les investisseurs

Hydrogène low-cost : l'électrolyse capillaire d'Hysata attire les investisseurs
L'entreprise Hysata vient d'obtenir plusieurs dizaines de millions de dollars pour financer ce qui pourrait être l'électrolyseur le plus efficace au monde !

La startup australienne, qui souhaite commercialiser sa technologie d'électrolyse capillaire (CFE) qu'elle a conçue à l'Université de Wollongong, a conclu un tour de financement de série A de 30 millions de dollars américains. La somme obtenue servira à agrandir l'équipe de l'entreprise et à développer une usine pilote pour fabriquer ses électrolyseurs novateurs. Selon Hysata, ceux-ci seront capables de produire l'hydrogène vert le moins cher au monde.

L'électricité renouvelable utilisée pour la production d'hydrogène vert constitue son élément le plus coûteux. Hysata affirme que son électrolyseur n'a besoin que de 41,5 kWh d'électricité par kg d'hydrogène. En comparaison, les électrolyseurs à haut rendement actuels nécessitent 50 kWh/kg.

"Pour produire 1 million de tonnes d'hydrogène vert par an, les électrolyseurs de 52,5 kWh/kg utilisés aujourd'hui par l'industrie exigent 14 GW d'énergie éolienne et solaire", expliquent les représentants d'Hysata. "Pour générer la même quantité d'hydrogène, nos électrolyseurs n'ont besoin que de 11 GW d'énergie renouvelable, ce qui correspond à une économie de 3 milliards de dollars."


Plusieurs avantages en terme d'efficacité et d'économie

La cellule d'électrolyse à alimentation capillaire de l'électrolyseur d'Hysata génère directement de l'hydrogène et de l'oxygène. L'électrolyte liquide est continuellement aspiré vers son séparateur par capillarité via un réservoir situé au fond de la cellule. Le séparateur poreux et hydrophile maintient un débit suffisant pour l'électrolyse de l'eau.




Outre la pureté de l'hydrogène qu'ils permettent de produire, les électrolyseurs CFE sont moins chers à fabriquer. Contrairement aux modèles PEM utilisant de l'iridium, les matériaux utilisés pour leur conception sont abondants et l'efficacité de leur cellule élimine la nécessité de refroidissements onéreux.

"Hysata interagit depuis plusieurs mois avec des clients importants dans le monde entier", conclut Paul Barrett, PDG d'Hysata. "Nous prévoyons une production à l'échelle du gigawatt en 2025."

Annonces