Hydrogène naturel : ce gisement australien dépasse toutes les attentes

Mis à jour le 05.03.2024 à 13:40
Hydrogène naturel : ce gisement australien dépasse toutes les attentes
Gold Hydrogen, basée à Brisbane (Australie), confirme que le niveau d’hydrogène blanc de son puits expérimental Ramsès 1 dépasse très largement les prévisions les plus optimistes. Avec des concentrations de H2 de 73,3 %, mais aussi la présence d’hélium (gaz très rare et recherché), Ramsès 1 offre des possibilités d’exploitation commerciale quasi immédiates, car très rapidement rentables.
 
« C'est incroyable. C'est incroyablement excitant que nous ayons reproduit les résultats d'il y a cent ans [en 1931 un forage pétrolier infructueux avait relevé des niveaux similaires] à 240 mètres. Avec la découverte supplémentaire d’hélium, qui pourrait ajouter une valeur supplémentaire significative au projet, nous considérons ces résultats comme étant meilleurs que prévu ». Neil McDonald, directeur général de Gold Hydrogen, ne peut cacher son excitation ! Le vieux puits qu’il a décidé de prospecter tient toutes ses promesses : si après un siècle, l’hydrogène est toujours présent c’est donc que le sous-sol contient bien « un système à hydrogène actif ».
 
Dépassant la profondeur atteinte en 1931, Gold Hydrogen a aussi effectué des prélèvements complémentaires à 892 mètres et 1 005 mètres. Deux éléments majeurs en sont ressortis.
 
D’abord la confirmation d’un sous-sol particulièrement propice à la production d’hydrogène blanc : à 1 005 mètres existent « des systèmes de fractures connectés largement répandus au sein des formations cibles », qui sont « essentiels à la migration de l'hydrogène de la source plus profonde vers des zones peu profondes à partir desquelles il peut être extrait ».
 

Une forte concentration d’hydrogène a été relevée dans le gaz prélevé

Mais aussi, cerise sur le gâteau, la présence à 892 mètres de profondeur, d’un gaz contenant 3,6 % d'hélium et 96,4 % d'azote.  L'hélium est précieux et rare, et ses propriétés uniques lui confèrent une utilisation répandue dans l'industrie médicale, ou l'exploration spatiale, par exemple. Il n’existe aucun moyen de le fabriquer artificiellement et son prix est très élevé, jusqu'à 200 fois plus que celui du GNL.
 
Très bonne nouvelle pour Gold Energy car, si le prélèvement de gaz réalisé à 240 mètres révèle une forte concentration en hydrogène, il ne dit rien du volume directement exploitable. Or la présence importante d’hélium pourrait d’emblée, compte tenu de la valeur ajoutée immédiatement disponible, faire de Ramsès 1 un puits d’extraction (d’hydrogène et d’hélium) extrêmement rentable.
 
Gold Energy a d’ores et déjà annoncé le forage d’un second puits (à 500 mètres de Ramsès 1), à mi-novembre, pour déterminer les volumes d’hydrogène présents sur le site.
 



A la recherche de partenaires pour vos projets hydrogène ?
Bureaux d'étude, motoristes, opérateurs, fabricants, organismes de formation... retrouvez tous les acteurs de l'hydrogène dans notre marketplace.
Découvrir la marketplace



Vous avez aimé cet article ? Ne manquez pas les suivants en vous abonnant à H2 Mobile sur Google News ou en nous suivant sur Linkedin.
Annonces