Pour l'Hydrogen Council, l'hydrogène devra être vert et bleu

Pour l'Hydrogen Council, l'hydrogène devra être vert et bleu
L’Hydrogen Council vient de publier un nouveau rapport sur les intérêts que présente l’hydrogène, comme substitut des carburants fossiles, dans la stratégie mondiale de lutte contre les émission de gaz à effet de serre. Le document montre qu’il est économiquement et écologiquement réalisable de développer la production d’hydrogène à grande échelle, mais insiste sur la nécessité de choisir les techniques de production en adéquation avec l’usage final pour en limiter au maximum l’impact environnemental.
 
En 2020, plus de quinze pays ont lancé de grands plans en matière d'hydrogène, et les acteurs industriels ont annoncé de nouveaux projets de plus de 35 GW jusqu'en 2030. C’est dans ce contexte, que l’Hydrogen Council, initiative mondiale qui regroupe des dirigeants de grandes entreprises du secteur, a décidé de fournir une analyse prospective pour accroître l’efficacité conjointe des multiples initiatives.
 
Alors que la dynamique autour de la filière s’accélère, il est de plus en plus évident que les décideurs doivent considérer la production d’hydrogène comme une priorité.
 
Pour soutenir cet effort, le rapport de l’Hydrogen Council fournit de nouvelles données basées sur une évaluation des émissions de gaz à effet de serre (GES) générées par différentes applications de l’hydrogène, en cumulant celles résultant de la production et de l’usage. A partir de cet état des lieux, l’étude explore trois scenarii hypothétiques pour mesurer la faisabilité et l'impact d’un déploiement à grande échelle.

S'il existe de nombreuses façons de produire de l'hydrogène, toutes plus vertueuses, et de loin, que la production de carburants fossiles ; c’est bien l’articulation entre usage et mode de production qui permettra d’en tirer le meilleur parti environnemental.
 

Une explosion de la demande à 21 800 TWh d'hydrogène en 2050 ?

L'hydrogène "vert" produit par électrolyse de l'eau avec de l'énergie renouvelable est le plus faible en émissions de GES. Une solution qui n’exclut pas pour autant le recourt à d’autres solutions tel que l'hydrogène "bleu" dont la production est issue du gaz naturel. L'analyse de huit filières différentes montre que, dans tous les cas, l'utilisation de l'hydrogène permet de réduire considérablement les émissions de GES, (de 60 à 90 %, par rapport aux solutions fossiles classiques). L'étude a également examiné la demande brute en eau des filières d'approvisionnement en hydrogène. L'électrolyse de l'eau a une demande spécifique en eau très faible, de 9 kg par kg d'hydrogène, à comparer au refroidissement des centrales thermiques (des centaines de kg/kg) ou à la culture de la biomasse (des centaines à des milliers de kg/kg).

Après avoir étudié deux scenarii limites (un scénario "vert seulement" et un scénario "bleu seulement") pour évaluer la faisabilité et l'impact de l'approvisionnement en hydrogène décarboné, le rapport a constaté que les deux sont réalisables y compris dans l’hypothèse la plus optimiste d’une explosion de la demande à  21 800 TWh d'hydrogène en 2050. Néanmoins, l’étude précise que, d’un point de vue économique, c’est la combinaison des filières de production "verte" et "bleue" qui permettra de réduire les coûts de production. En utilisant l'avantage du coût, l'hydrogène "bleu" offre un intérêt évident à court terme. Mais à moyen ou long terme, l'hydrogène "vert" sera l'option la plus rentable dans de nombreuses régions.
 
Comme le souligne, en conclusion, Takeshi Uchiyamada, président du conseil d'administration de Toyota et coprésident de l’Hydrogen Council : « L'hydrogène est un élément clé de la transition énergétique et peut permettre de réaliser des économies de CO2 très importantes avec la bonne approche. Il offrira une solution décarbonée et compétitive en termes de coûts pour un grand nombre d'applications avant 2030 - tout ce dont nous avons besoin maintenant, c'est d'une action conjointe et audacieuse de toutes les parties-prenantes ».

En savoir plus : Lire le rapport