Partenaires premium
Air Liquide
ADEME PACA

Un premier train à hydrogène a circulé en Grande-Bretagne

Un premier train à hydrogène a circulé en Grande-Bretagne
C’est dans le cadre d’essais que la rame HydroFLEX a roulé le 30 septembre dernier dans le comté du Warwickshire, au centre de l’Angleterre. L’exploitation commerciale devrait démarrer en 2023.

2 ans de développement

Avant d’en arriver là, le département britannique des transports a mis sur la table 750.000 livres sterling (828.000 euros). En complément du million (1,1 million d’euros) investi par l’entreprise de matériel roulant Porterbrook et l’Université de Birmingham. Ces 2 partenaires s’activent depuis près de 2 ans sur ce programme qui vise à convertir à l’hydrogène des rames diesel déjà en service. Et ce, afin de décarboner le réseau ferroviaire du territoire, et accessoirement de le rendre plus efficace.

De son côté, l’établissement universitaire travaille sur la mise au point d’une chaîne de propulsion à placer sous le train, afin de réserver la place à bord aux voyageurs. L’architecture comprendra une batterie, une pile à combustible H2 fournie par Ballard Power Systems et des réservoirs conçus par Luxfer.

Un premier Hub H2

A la suite de l’essai sur rail, Grant Shapps, secrétaire aux Transports, a annoncé que la ville de Tees Valley pourrait devenir « le premier Hub de transport à l’hydrogène du Royaume-Uni, rassemblant l’industrie et le monde universitaire pour aider à créer des centaines d’emplois verts ». Une étude à cet effet devrait être publiée en janvier prochain afin d’indiquer comment parvenir à former un tel centre de recherche et de développement H2, mais aussi accélérer le recours à l’hydrogène propre pour la mobilité. Et ce, aussi bien pour le transport ferroviaire, que les poids lourds (autobus et camions), les bateaux et les avions.

HydroFLEX

Si Mary Grant, PDG de Porterbrook, se réjouit que son entreprise soit la première en Grande-Bretagne à avoir fait rouler sur le territoire un train à hydrogène, et d’annoncer pouvoir commencer à produire des rames HydroFLEX, d’autres projets similaires sont en cours. Cohabitent sur le territoire plusieurs compagnies qui ont pris la suite de British Rail pour exploiter le matériel roulant sur le réseau ferroviaire nationale.

En plus de Porterbrook, Eversholt Rail et Vivarail poursuivent également des projets autour des trains H2. Avec Alstom, le premier a investi un million de livres sterling pour développer son propre modèle baptisé « Breeze », quant à lui, appuie sa solution sur d’anciennes rames du métro londonien.