L'Afrique, futur champion mondial de l'hydrogène vert ?

L'Afrique, futur champion mondial de l'hydrogène vert ?
Selon l'Agence Internationale de l’Energie (AIE), les coûts de production de l'hydrogène renouvelable en Afrique pourraient avoisiner les 2 $/kg d'ici à 2030.

Alors que les prix de l'énergie explosent, le continent africain pourrait tirer son épingle du jeu avec de nouvelles opportunités dans le domaine de l'hydrogène. Selon le récent rapport Africa Energy Outlook 2022 publié par l'AIE, les coûts de production d'hydrogène vert en Afrique pourraient s'approcher des 2 $/kg d'ici à 2030. 

L'AIE prévoit même que l'hydrogène produit en Afrique du Nord à partir de gaz naturel avec captage et stockage du carbone pourrait encore être moins cher d'ici à 2030, se maintenant à un peu plus d'un dollar par kilogramme. Dans certaines régions, cette production pourrait avoisiner les 1,5 $/kg. Dans le sud, les régions présentant un potentiel de production à un coût particulièrement bas comprennent certaines parties de l'Afrique du Sud, de la Namibie et du Botswana, tandis que dans le nord, certaines parties de l'Égypte, de la Libye, du Soudan et du Tchad sont concernées. Une baisse considérable par rapport aux coûts actuels d’environ 7,35 $/kg en Namibie.


 

Un soutien politique nécessaire

Dans ce scénario, l’AIE précise que l’Afrique aura besoin d’« un soutien politique fort et d’investissements opportuns dans les infrastructures ». Il sera également nécessaire d'encourager la consommation intérieure d'hydrogène vert. La demande intérieure « sera plus difficile à stimuler en Afrique que dans d'autres régions du monde en raison des besoins importants en capitaux pour construire des capacités de production », a précisé l’organisation.
 
Les producteurs africains pourront compenser cette demande intérieure faible en visant les exportations, notamment vers l'Europe, où l'hydrogène à faible teneur en carbone est un élément crucial de la transition énergétique. Selon l'AIE, l'hydrogène vert africain pourrait être compétitif pour l'exportation vers l'Europe du Nord : les coûts de livraison de l'hydrogène liquide pourraient y être légèrement supérieurs à 4 dollars par kilogramme d'ici à 2030, soit légèrement plus que ceux estimés pour les livraisons en provenance du Moyen-Orient. Mais il serait moins cher que les livraisons en provenance d'Australie, surtout sous forme d'hydrogène liquide, selon les calculs de l'AIE.

De nombreux projets de production d’hydrogène en Afrique

Un certain nombre de projets d'électrolyseurs à grande échelle ont été annoncés en Afrique, notamment en Mauritanie. Le gouvernement mauritanien et l'entreprise énergétique britannique Chariot ont déclaré en mai qu'ils allaient mettre en place une usine de production d'hydrogène renouvelable de 10 GW, appelée Projet Nour.

Le projet Aman du développeur australien d'énergie renouvelable CWP Global, encore plus important, dans le nord de la Mauritanie, vise une capacité d'électrolyse de 30 GW générée par l'énergie éolienne et solaire et une production d'hydrogène de 1,7 million de tonnes par an.
 

Annonces