HyBlend : quels usages des gazoducs américains pour le transport d'hydrogène ?

HyBlend : quels usages des gazoducs américains pour le transport d'hydrogène ?
Dirigé par le National Renewable Energy Laboratory (NREL) du ministère américain de l'énergie (DOE), le projet HyBlend doit évaluer la compatibilité du réseau de gazoducs américain avec l’hydrogène.
 
Les États-Unis disposent d'un vaste réseau d'environ trois millions de kilomètres de gazoducs, mais de seulement 1 600 kilomètres de conduites dédiées au transport de l’hydrogène. Or, l'hydrogène peut aussi être injecté dans les gazoducs et le mélange gaz/hydrogène qui en résulte permet produire de la chaleur et de l'électricité avec des émissions en CO2 plus faibles qu'avec le gaz naturel seul. Il y a donc un véritable intérêt à pouvoir appuyer la distribution d’hydrogène sur le réseau de transport de gaz naturel, qui maille de manière très dense le territoire américain.



 
Cependant, l’exercice présente des limites qui tiennent principalement aux capacités de résistance à la pression des tuyaux existants et des infrastructures utilisant actuellement du gaz naturel pur. Dirigée par le National Renewable Energy Laboratory, l’équipe HyBlend testera les matériaux des pipelines dans diverses concentrations d'hydrogène et à des pressions allant jusqu'à 100 bars, afin de mesurer leur sensibilité aux effets de l'injection d’hydrogène.

Au-delà de l’évaluation des capacités techniques des équipements, HyBlend doit aussi permettre de déterminer les coûts du mélange gaz/hydrogène (en fonction de la pression d’injection et de la concentration en hydrogène), mais aussi son potentiel de réduction des émissions de gaz à effet de serre par rapport à d’autres sources d’énergies (telles que le gaz naturel renouvelable, par exemple).

Annonces