Le pick-up à hydrogène de Nikola Motor bientôt en pré-commande

Le pick-up à hydrogène de Nikola Motor bientôt en pré-commande
Les pré-commandes pour le Nikola Badger seront ouvertes dés le 29 juin. Ce nouveau pick-up présenté par Nikola Motor, plus connu pour ses poids-lourds à pile à combustible, présente des performances qui le situent en concurrence directe avec les Cybertruck Tesla et autres Rivian R1T.

« Le Nikola Badger change la donne », a modestement déclaré Mark Russell, président de Nikola Corporation. « Ce véhicule peut être utilisé pour le travail, les escapades de week-end, le remorquage, le tout-terrain ou pour aller sur les pistes de ski sans perte de performance. Aucun autre pick-up électrique à hydrogène ne peut fonctionner dans ces températures et conditions ». En bref, c’est le « pick-up à zéro émission le plus avancé au monde ».
 
Certes le dirigeant de Nikola s’enthousiasme probablement un peu, mais c’est néanmoins vers la production d’une véritable bête de course que se dirige le constructeur... si les chiffres annoncés sont confirmés lors de la mise à la route.




Avec une autonomie de plus de 900 kilomètres, le Badger fournit un couple de 1300 Nm (par comparaison une Bugatti Veyron développe 1500 Nm), une puissance de crête de 906 CV et en continu de 455 CV. Le Badger est conçu pour accélérer linéairement de 0 à 160 km/h sans diminution de la performance et pour grimper des pentes de 40 %. C’est un véhicule polyvalent croisant pick-up plaisir et camion dur au labeur : la batterie du véhicule pourra être utilisée directement sur un chantier de construction afin d’alimenter les outils électriques.
 
Construit en collaboration avec un autre équipementier, le Nikola Badger devrait contribuer  à faire baisser le coût des composants de la pile à combustible selon Trevor Milton, PDG de Nikola Corporation.

Si l’on se rappelle que Nikola est ainsi baptisée par référence à Nikola Tesla (ingénieur américain au rôle prépondérant dans le développement et l'adoption du courant alternatif), espérons que les premières démonstrations de son Badger ne souffriront pas des mêmes mésaventures que le modèle équivalent d’Elon Musk, PDG de Tesla.