L'ACEA appelle au déploiement de stations à hydrogène pour les poids-lourds

L'ACEA appelle au déploiement de stations à hydrogène pour les poids-lourds
Dressant un nouvel état des lieux du marché du poids-lourd en Europe, l’ACEA appelle les autorités européennes et les Etats membres à accélérer le déploiement des infrastructures d’avitaillement pour les carburants alternatifs. 

Alors que l’Union Européenne imposera aux constructeurs de poids-lourds ses premières réductions de CO2 à compter de 2025, l’ACEA alerte une nouvelle fois les autorités quant au manque d’infrastructures d’avitaillement pour accompagner l’émergence des différentes filières.

« Le déploiement d'un réseau dense d'infrastructures pour les camions à propulsion alternative est l'une des conditions préalables essentielles pour parvenir à un transport routier de marchandises neutre en carbone » avertit Henrik Henriksson, président de l'ACEA en charge des véhicules utilitaires et PDG de Scania. « Nous avons besoin de toute urgence que l'Europe prenne des engagements contraignants pour le déploiement d'au moins 37 000 points de recharge, 50 stations de remplissage d'hydrogène et 750 stations GNL adaptées aux véhicules lourds d'ici 2025 » chiffre-t-il.
  

Au moins 500 stations d’ici 2030

Alors que les constructeurs devront diminuer leur niveau d’émissions de CO2 de 30 % en 2030 (15 % en 2025), l’ACEA estime qu’au moins 500 stations publiques à hydrogène seront nécessaires pour aider les constructeurs à tenir leurs objectifs. Dans le domaine de l’électrique, l’objectif est encore plus ambitieux et l’association chiffre le besoin à 90.000 points de charge dédiés à horizon 2030.  

Pour l'ACEA, la tenue de ses objectifs passe par l'intégration "d'objectifs contraignants" aux Etats membres dans le cadre de la Directive européenne sur les carburants alternatifs, dite "DAFI". L'aide à l'investissement par l'intermédiaire de programmes nationaux et européens s'avère également essentielle.