Pour Opel, l'hydrogène a de bonnes chances sur l'utilitaire léger

Pour Opel, l'hydrogène a de bonnes chances sur l'utilitaire léger
Interrogé par Business Insider, le PDG d'Opel, Michael Lohscheller, a parlé des plans du constructeur en matière de mobilité hydrogène.

Propriété depuis 2017 du groupe PSA, devenu Stellantis depuis sa fusion avec FCA, Opel suit les orientations technologiques du constructeur tricolore. Après une première offre 100 % électrique, la marque à l’éclair, jadis propriété de General Motors, s’engage désormais sur la voie de l’hydrogène.

Alors que Stellantis présentait il y a quelques la technologie qui animera sa future gamme d’utilitaires à pile à combustible, le PDG d’Opel, Michael Lohscheller, estime que la technologie a de bonnes chances de pénétrer le marché.
« L'intérêt général est déjà très élevé. On peut bien imaginer que la pile à combustible a un avenir » a-t-il déclaré lors d’une interview accordée à Business Insider.

Moins de 1 000 exemplaires par an

Industrialisé à Rüsselsheim, en Allemagne, le futur Opel Vivaro à hydrogène héritera de la même configuration technique que les Citroën Jumpy et Peugeot Expert à piles à combustible. Animé par une pile fournie par Symbio et des réservoirs Faurecia stockant l’hydrogène à 700 bars, il proposera environ 400 km d’autonomie avec un plein.

Attendu en fin d’année, le véhicule sera fabriqué en petite série pour commencer. « Pour nous, la petite série signifie qu'il ne devrait pas y avoir moins d'un millier de véhicules par an » a précisé le dirigeant d’Opel. A l’opposé, le patron de la marque ecarte toute idée d’intégrer la technologie sur de petits véhicules. « Vous ne verrez pas de pile à combustible dans une petite voiture comme la Corsa chez nous à l'avenir » a-t-il précisé.