Ricardo progresse sur son moteur à injection hydrogène

Ricardo progresse sur son moteur à injection hydrogène
En partenariat avec l'université de Brighton, Ricardo a mis au point un moteur à combustion alimenté à l'hydrogène. Une alternative à la pile à combustible qui pourrait offrir une solution technologique renouvelable, économique et durable pour accélérer la réduction des émissions de carbone dans les poids lourds, les machines hors route et les navires.
 
« L'hydrogène vert a un rôle essentiel à jouer dans nos futurs systèmes d'énergie et de transport, en particulier pour réduire les émissions de gaz à effet de serre de secteurs difficiles à décarboner tels que les camions longue distance ou la marine. Nous travaillons avec une série de clients sur l'hydrogène et les carburants renouvelables afin de réduire les émissions de carbone dans ces secteurs difficiles ». Convaincu de la place que prend l’hydrogène dans la gamme des carburants alternatifs, Adrian Greaney, directeur de la technologie chez Ricardo a décidé que d’autres pistes que la « classique » pile à combustible méritaient d’être testées.
 
Un programme d’essai est donc lancé en vue d’évaluer les performances, le rendement et les émissions d’un moteur à combustion où l’hydrogène serait directement utilisé comme carburant.  L’idée émise par des ingénieurs, lors d'un webinaire organisé en novembre 2020 sur le développement de groupes motopropulseurs lourds à hydrogène pour 2025, semble prendre corps. Bien que les systèmes de piles à combustible aient l'avantage en termes d'efficacité, d'émissions et de bruit, les moteurs à combustion sont moins coûteux, stables et tolérants aux contaminants du carburant, robustes aux petites particules, durables et peuvent plus facilement gérer une chaleur élevée.
 
Ricardo a donc modifié un moteur monocylindre Ricardo Proteus avec un manchon de refroidissement et un injecteur latéral pour l’alimenter en hydrogène, afin de le soumettre à une batterie de tests. Si l’expérience s’avérait concluante, les moteurs diesel lourds actuels pourraient être convertis à l'hydrogène et cela permettrait d’accélérer l’abandon progressif des produits pétroliers dans de nombreux cas de figure, et ce à moindre à coût.