Toyota engage sa Corolla à moteur hydrogène dans une nouvelle course

Toyota engage sa Corolla à moteur hydrogène dans une nouvelle course
Toyota engage de nouveau sa Corolla hydrogène dans une des courses de la Super Taikyu Series 2021. Pour sa participation à l’épreuve de Suzuka, Toyota courra toujours sous la bannière d’Orc Rookie Racing avec pour objectif d’étalonner les performances de son bolide mais aussi de tester de nouveaux approvisionnements en hydrogène. Un challenge en soi, puisque que c’est de l’hydrogène extrait de lignite australienne qui propulsera la Corolla à Suzuka.
 
Ce projet de Corolla à hydrogène de compétition tient particulièrement à cœur à la firme japonaise puisque parmi les pilotes ont trouve notamment le président de Toyota, Akio Toyoda. Plus que l’expression de la passion d’un grand manitou de l’automobile, c’est surtout le signe de l’importance accordée par la marque nippone aux recherches autour des moteurs à hydrogène.



 
En dehors de sa motorisation hydrogène, Toyota compte également profiter de sa participation pour tester les différentes chaines d'approvisionnement. Après avoir exploré les options offertes par la production d’hydrogène au Japon, il profitera cette fois de l’épreuve de Suzuka pour expérimenter les pistes possibles pour le transport d’hydrogène provenant d’Australie. Trois entreprises (Kawasaki Heavy Industries, Iwatani Corporation et Electric Power Development Co. (J-Power)) sont associées à l’expérience.

La question est cruciale car le Japon devrait avoir besoin d'environ trois millions de tonnes d'hydrogène en 2030, et d'environ vingt millions de tonnes en 2050. À mesure que les moteurs hydrogène gagnent des parts de marché, la problématique de l’approvisionnement se fait de plus en aiguë. C’est donc dans le cadre de cette compétition « sans enjeux » que Toyota a décidé de tester, en grandeur réelle, cette nouvelle technologie. Le milieu de la course automobile et ses exigences en termes de timing et de logistique lui étant apparus comme le meilleur banc d’essai qui soit.

A terme Toyota compte déployer un système complet de transport longue distance de l’hydrogène. En 2022, l’entreprise effectuera un essai de transport d'hydrogène de l'Australie au Japon en utilisant le premier transporteur d'hydrogène liquéfié, le Suiso Frontier. D’ici 2030, Toyota prévoit aussi d’armer un autre cargo de transport de l'hydrogène liquéfié à grande échelle, capable de transporter 10.000 tonnes d'hydrogène. Objectif à terme : importer annuellement  225.000 tonnes d'hydrogène en provenance d’Australie.