Transport maritime et hydrogène vert : un gisement d'emplois colossal !

Transport maritime et hydrogène vert : un gisement d'emplois colossal !
Photo : Unsplash
Le Global Maritime Forum prévoit, dans son dernier rapport, une explosion de la demande en hydrogène vert du secteur maritime entre 2030 et 2040. Il souligne, notamment, que la construction de nouveaux électrolyseurs et de nouvelles installations de production d’énergie renouvelable devrait représenter un formidable gisement d'emplois pour la décennie à venir.
 
« Le développement et l'exploitation d'énergies renouvelables et d'infrastructures pour produire des e-carburants pour le transport maritime pourraient, selon nos projections, créer entre un et quatre millions d'emplois verts dans le monde d'ici à 2050 ».
 
Cet extrait de la dernière étude du Forum maritime mondial s’appuie notamment sur une analyse, produite conjointement avec le Rocky Mountain Institute, qui évalue la demande en hydrogène vert du transport maritime à plus de 500 millions de tonnes d'ici 2040 et environ 600 millions de tonnes d'ici 2050.
 

Des besoins colossaux

Pour satisfaire un tel scénario, plus de 1 000 GW de capacité d’électrolyse seront nécessaires d’ici 2050 et 2 000 GW d’installations éoliennes ou solaires pour les alimenter. Un effort énorme, puisqu’en surface couverte cela représenterait l’équivalent de la Grèce et plus de 3 700 milliards d’euros d’investissement.
 
Le besoin en nouveaux emplois devrait atteindre son apogée au milieu de la décennie 2030, à mesure que le transport maritime s'oriente vers l'utilisation de carburants propres à base d'hydrogène. Si la grande majorité de ces emplois devrait provenir de la construction et de l’installation d’énergies renouvelables en amont de la production d’hydrogène vert, le Forum maritime global n’exclut pas un probable mix énergétique qui intègre le GNV ou l’hydrogène bleu.




 
Passé ce pic de demande en H2 vert, l’ONG estime que la création de nouveaux emplois devrait flirter avec les trois millions dans les années 2030, mais qu’il pourrait retomber autour d’un million (dont la moitié dans l'exploitation et la maintenance) après 2040.
 
Cette projection est néanmoins tempérée par le fait que la construction de nouvelles installations pourrait, au fil du temps, demander moins de main d’œuvre ; dans cette hypothèse, le Forum maritime mondial estime que la valeur d’étiage de ce gisement d’emplois se situe, pour les années 2030, autour de 1, 5 millions.
 
Recoupant les données de Navigant (Guidehouse), Hydrogen Workforce Australia et Arup ; avec 5 650 emplois créés pour chaque million de tonnes de carburants maritimes à base d'hydrogène produites (dans la phase de développement), ce rapport, marqué du sceau de l’optimiste, décline un scénario qui s’avère plus que plausible… sous réserve que les investissements soient entrepris dès maintenant, à l’échelle des enjeux ; or ce n’est manifestement pas encore le cas.

A la recherche de partenaires pour vos projets hydrogène ?
Bureaux d'étude, motoristes, opérateurs, fabricants, organismes de formation... retrouvez tous les acteurs de l'hydrogène dans notre marketplace.
Découvrir la marketplace



Vous avez aimé cet article ? Ne manquez pas les suivants en vous abonnant à H2 Mobile sur Google News ou en nous suivant sur Linkedin.
Annonces