Avec Hyvia, Renault lance son offensive hydrogène

Avec Hyvia, Renault lance son offensive hydrogène
Annoncée en début d’année lors de la présentation du plan Renaulution, la joint-venture entre Renault et le spécialiste américain PlugPower prend forme. Baptisée Hyvia, la nouvelle structure lancera son premier modèle en fin d'année.

A l’instar de PSA, désormais Stellantis, Renault continue d’avancer ses pions dans l’hydrogène. Initialement associé à Symbio pour développer une première gamme d’utilitaires à piles à combustible, le groupe au losange a changé son fusil d’épaule en début d’année en annonçant un rapprochement avec PlugPower, une entreprise américaine spécialisée dans le développement de piles à combustible à hydrogène. Les deux structures posent aujourd’hui un nouveau jalon de ce partenariat en annonçant la création de Hyvia.

Contraction de «HY» pour l'hydrogène et du mot latin «VIA» pour la route, cette nouvelle coentreprise est détenue à parts égales par les deux partenaires. Elle est présidée par David Holderbach qui bénéficie de plus de 20 ans d’expérience dans des fonctions stratégiques au sein du groupe Renault.

Issu du groupe Renault, David Holderbach est à la tête de la jeune coentreprise.

Un Renault Master à hydrogène avec 500 km d’autonomie

Premier produit issu de la coentreprise Hyvia, le Renault Master à hydrogène entamera sa commercialisation à compter de fin 2021. Décliné en trois versions, il sera proposé en fourgon et châssis cabine grand volume pour le transport de marchandises et en navette hydrogène City Bus.

A ce stade, les deux partenaires ne communiquent pas les détails de la technologie. Ils promettent toutefois une autonomie allant jusqu’à 500 kilomètres. C’est quatre fois plus que la version électrique du Master, limitée à 120 km.

A noter que le communiqué commun des deux partenaires n’évoque pas le Renault Kangoo hydrogène. L'utilitaire léger à pile à combustible semble avoir disparu des plans du constructeur.

Des activités hydrogène basées en France

Les activités de Hyvia feront appel à quatre sites du groupe Renault :

  • Villiers-Saint-Frédéric où seront basés le siège social ainsi que les équipes R&D et le centre d’ingénierie.
  • Flins où aura lieu à compter de fin 2021 la fabrication des piles à combustible et des stations d’avitaillement dans le cadre du projet re-factory.
  • Batilly où l’assemblage des premiers véhicules aura lieu sur les mêmes lignes que les Master classiques.
  • Gretz-Armainvilliers. Ce site de l’entreprise PVI, devenue filiale de Renault en 2017, sera chargé de l’intégration de l’ensemble du système hydrogène.


« Pionnier des nouvelles énergies et leader européen des véhicules utilitaires électriques, Renault Group poursuit en Europe son objectif d’afficher le mix le plus vert du marché d’ici 2030 avec la création de HYVIA. Cette coentreprise intègre de façon unique tout l’écosystème de la mobilité hydrogène, depuis le véhicule, les infrastructures et les services clés en main pour les clients. Le développement de cette technologie de pointe nous permet de renforcer notre outil industriel et d’implanter de nouvelles activités génératrices de valeur en France sur ce segment prometteur » a déclaré Luca de Meo, CEO de Renault Group.