A Singapour, Shell veut tester l'hydrogène sur ses navires

A Singapour, Shell veut tester l'hydrogène sur ses navires
Shell a annoncé le lancement d’une étude de faisabilité visant à évaluer le potentiel lié à l’utilisation de piles à hydrogène pour ses navires à Singapour.

Depuis plusieurs années, Shell engage la décarbonation de ses activités maritimes. Déjà engagé sur la voie du GNL, le groupe pétrolier s’intéresse désormais à l’hydrogène et vient de lancer une première étude de faisabilité à Singapour. Estimant que les piles à hydrogène pourraient devenir une technologie majeure d’ici à 2050, Shell étudie leur intégration à bord de navires de transport de marchandises à Singapour.




En pratique, Shell affrétera un navire d’essai et fournira l’hydrogène carburant. Le groupe travaille également avec SembCorp Marine et son unité LMG Marin afin de concevoir la pile à combustible qui alimentera le navire. L’équipe réalisera d’abord une étude de faisabilité pour étudier l’intégration de la pile et organiser un test d’une durée de 12 mois.

« Nous considérons les piles à combustible et l'hydrogène comme une voie prometteuse pour la décarbonation des transports maritimes. Travailler avec des partenaires de cette manière permettra de développer notre compréhension de cette technologie critique » a déclaré Nick Potter, directeur général de Shell Shipping and Maritime pour les zones Asie-Pacifique et Moyen-Orient.