Utilitaire hydrogène : Stellantis dévoile les caractéristiques de ses futurs véhicules

Utilitaire hydrogène : Stellantis dévoile les caractéristiques de ses futurs véhicules
Issu de la fusion entre les groupes PSA et Fiat, Stellantis vient d’officialiser la configuration technique de sa future gamme d’utilitaires à hydrogène.

Après avoir enclenché une large offensive dans le domaine des véhicules électriques à batteries, Stellantis s’attaque au marché de l’hydrogène et a révélé ce mercredi 31 mars la technologie sur laquelle il compte s'appuyer.

Une offre hydrogène que Stellantis proposera en premier lieu sur ses utilitaires de taille moyenne : Citroën Jumpy, Opel Vivaro et Peugeot Expert. Pour le groupe, il s’agit de compléter l’offre électrique déjà existante et de répondre aux besoins complémentaires des professionnels pour des applications nécessitant une forte autonomie et des usages intensifs.

Une configuration hybride

En matière d’architecture, Stellantis fait le choix d’un système intermédiaire. Celui-ci se situe entre le prolongateur d’autonomie hydrogène, utilisé à bord des premières générations de Renault Kangoo H2, et le système « full hydrogen » embarqué à bord de modèles comme la Toyota Mirai. La configuration technique des utilitaires hydrogène de PSA se rapprochent ainsi davantage d’un système hybride rechargeable.

Pour des questions d’encombrement mais aussi de coûts, le groupe n’a pas choisi de reprendre les packs de 50 ou 75 kWh intégrés à bord de sa nouvelle gamme d’utilitaires 100 % électriques. En lieu et place, le constructeur est allé puiser dans les batteries de son offre de véhicules hybrides rechargeables. D’une capacité de 10.5 kWh, le pack utilisé à bord des utilitaires hydrogène de Stellantis est suffisament compact pour tenir sous les sièges avant. Une façon de ne pas encombrer l’espace de chargement et surtout pouvoir facilement intégrer les volumineux réservoirs à hydrogène. A l’instar des autres modèles branchés de PSA, cette batterie peut être rechargée indépendamment via une trappe située sur l’aile avant gauche.

400 km d’autonomie

Fournis par l’équipementier tricolore Faurecia, les réservoirs hydrogène sont au nombre de trois. Discrètement placés sous le plancher, ils stockent l’hydrogène à 700 bars de pression.

Ravitaillés en seulement trois minutes, ces réservoirs alimentent une pile à combustible de 45 kW logée avec le moteur sous le capot avant. Issue du groupe isérois Symbio, celle-ci alimente le moteur électrique de 136 chevaux, la batterie venant apporter un complément allant jusqu’à 90 kW en cas de besoin.

En matière d’autonomie, le constructeur annonce un chiffre encore provisoire de 400 kilomètres en cycle WLTP, dont environ une trentaine sur la seule énergie de la batterie embarquée.

Au final, l’intégration de l’ensemble des composants n’impacte pas le volume de chargement. Selon la configuration, celui-ci jusqu’à 1100 kilos et 6m3. La capacité de traction est également préréservée.


 

Premières livraisons pour fin 2021

Toujours en développement, les utilitaires hydrogène de Stellantis seront livrés progressivement. Le constructeur promet de débuter les livraisons d’ici la fin de l’année. A ce stade, aucune information n’a été précisée sur les prix de cette nouvelle gamme hydrogène.