Partenaires premium
Air Liquide
ADEME PACA

Allemagne : les premiers bus à hydrogène roulent à Wuppertal

Allemagne : les premiers bus à hydrogène roulent à Wuppertal
Depuis le 20 juin 2020, dix bus à hydrogène sont en circulation dans la ville allemande du land de Rhénanie-du-Nord-Westphalie (RNW). Selon le ministre des transports du land, ce modèle est bien plus qu’une action locale.
 
Hendrik Wüst, ministre des transports et de la circulation de RNW, a qualifié le projet de novateur et a annoncé que « l’économie circulaire se tournait vers l’avenir ». Il est vrai que les dix nouveaux véhicules à pile à combustible à hydrogène acquis par la région sont parmi les pionniers de la mobilité hydrogène en Allemagne, ne dégageant que de la vapeur d’eau et ne causant presque aucune nuisance sonore.

L’hydrogène est produit localement grâce à l’électricité générée par l’incinération de déchets. Un ambitieux projet qui a coûté 12 millions d’euros, dont la moitié est financée par l’Union Européenne, le gouvernement fédéral, le land de Rhénanie-du-Nord-Westphalie et l’association de transports Rhin-Rhur. La flotte de bus à hydrogène doublera de taille l’année prochaine, accueillant 10 véhicules supplémentaires.
 

Encore très peu de points d'approvisionnement

C’est le constructeur belge Van Hool qui a remporté ce marché, avec des véhicules pouvant accueillir 75 passagers. Chacun de ces autobus coûte la bagatelle de 650.000 €, soit presque trois fois le prix de son équivalent au diesel. Cet investissement va dans le sens de la politique globale du land, qui estime que l’hydrogène à faible émission de GES permettrait de créer jusqu’à 130.000 nouveaux emplois en Rhénanie du Nord-Westphalie (RNW). Il pourrait notamment être utilisé pour la production d’acier. Pourtant, cette transition vers l’hydrogène n’en est qu’aux balbutiements. Les stations d’avitaillement en hydrogène sont très rares en RNW, même si de nouvelles sont en cours de création. A titre de comparaison, il existe à ce jour 3.880 points de recharge pour voitures électriques dans la région, contre 19 stations hydrogène.
 

Économie circulaire et locale

La nouvelle flotte de bus à hydrogène de Wuppertal sera donc alimentée par les déchets commerciaux et domestiques de la ville. Dans l’usine locale de valorisation des déchets, l’électricité verte est produite à partir de la part biogène des déchets, qui passe ensuite dans un électrolyseur pour se transformer en hydrogène. Celui-ci est utilisé comme carburant pour les autobus. Ces derniers ont une portée supérieure de 300 km à celle des véhicules électriques à batterie.