Atawey : « La mobilité hydrogène va prendre une part plus importante que ce que l'on imagine »

Mis à jour le 10.02.2024 à 15:58
Atawey : « La mobilité hydrogène va prendre une part plus importante que ce que l'on imagine »
Jean-Michel Amaré, fondateur et Président d'Atawey, au salon Hyvolution 2024. Photo : H2-Mobile
Au salon Hyvolution 2024, H2-Mobile a pu rencontrer Jean-Michel Amaré, Président et fondateur d’Atawey. L’occasion de revenir sur les dernières annonces et les nouvelles ambitions de ce pionnier de la station hydrogène.

Pour Atawey, 2024 sera « l’année de l’accélération ». Entrée en négociations exclusives pour reprendre l’activité  station hydrogène de McPhy, l’entreprise annonce avoir généré plus de 20 millions d’euros de commande au cours de l’année 2023. Un changement d’échelle que nous explique Jean-Michel Amaré, fondateur et président de l’entreprise.

Après s’être longtemps concentré sur le marché des petites stations, Atawey monte en puissance. De « Petit Poucet », l’entreprise est en passe de devenir un poids lourd européen de la station hydrogène. Comment expliquer cette ascension ?

Jean-Michel Amaré : C’est vrai que nous avons encore l’image de fabricant de petites stations. Cela fait pourtant plus de deux ans que l’on propose des stations de 1 tonne. Le marché ne s'est pas trompé puisque nous avons a eu six commandes l'année dernière.

La sortie de cette logique de Petit Poucet et cet envol s’expliquent de deux façons. La première, c’est que nous sommes très connectés au marché. C’est notre ADN ! Depuis le démarrage de l'activité, nous suivons l'évolution des besoins du marché afin de proposer des produits toujours connectés aux attentes. Si on a développé des stations d’une tonne il y a déjà deux ans, c'est parce qu'on sentait le besoin arriver.

La deuxième chose, c’est qu’on a une équipe de R&D, de production et de maintenance qui est extrêmement performante. Cela nous permet d'être en capacité de développer de nouveaux produits en fonction de l'évolution du marché, de savoir les installer tout en étant soucieux de la qualité de service. Atawey a bâti petit à petit cette image, cette crédibilité, et a su faire évoluer nos produits. C’est cela qui fait qu'au moment où il faut accélérer, on est en capacité de le faire.




Il y a quelques semaines, Atawey créait la surprise en annonçant son entrée en négociations exclusives pour la reprise de l’activité stations du groupe McPhy. C’est une acquisition stratégique ?

C'est une acquisition qui va nous permettre de rajouter un peu d'accélération à notre accélération. Aujourd'hui, Atawey est en plein développement, a structuré son outil industriel pour répondre aux besoins. McPhy va nous permettre de pérenniser et d'accroître encore plus la capacité industrielle de l'entreprise, que ce soit en locaux, en équipes, mais aussi en complémentarité de produits, pour répondre aux besoins les plus larges de nos clients.

Vous avez récemment annoncé la création de l’Atawey Academy. Pourquoi se lancer dans la formation ?

Comme je vous l’ai expliqué, nous sommes dans une forte accélération de nos effectifs. Nous sommes passés l'année dernière de 50 à 90 personnes. L’un des enjeux est de faire monter très vite en compétence ces nouveaux effectifs. Il faut pour cela professionnaliser la formation. Comme il y a une pénurie sur le marché, on a lancé cette Atawey Academy avec pour ambition de former nos salariés sur les enjeux techniques, managériaux et comportementaux.

Dans un deuxième temps, ces formations seront ouvertes aux salariés de nos partenaires et de nos clients pour que, eux aussi, puissent monter en compétences et assurer toujours la meilleure qualité de service aux usagers.


Envie de vous former à l'hydrogène ?
Retrouvez les organismes de formation spécialistes des métiers de l'hydrogène dans notre marketplace.
En savoir plus

 
Atawey a déployé une trentaine de stations en France et prévoit une dizaine de mises en service sur 2024. D’autres marchés européens sont-ils également visés ?

Oui. Nous avons ouvert l'année dernière une filiale en Espagne. Nous avons aussi ouvert une filiale aux Pays-Bas pour les marchés d’Europe du Nord. D’autres développements sont prévus en Italie et en Europe de l'Est, puis à terme en Allemagne et au Royaume-Uni.
 
Vous avez fondé Atawey en 2012. En tant qu’acteur pionnier de la filière, quelle est votre vision du développement de la mobilité hydrogène ? Le véhicule électrique à batteries, qui monte aussi en puissance dans la mobilité lourde, ne risque-t-il pas de faire de l’ombre à son développement ?
 
La complémentarité des solutions est indispensable. La croyance selon laquelle la batterie va être capable d'amener des réponses à toutes les problématiques de la mobilité décarbonée est une illusion. Il va être nécessaire de proposer des solutions en adéquation avec les différents types d'usage.
 
La mobilité hydrogène avance plus lentement que ce qu'on pourrait le penser, mais je suis persuadé que les limites de la mobilité électrique batterie vont apparaître très rapidement. Ces limites ne sont pas uniquement inhérentes la technologie, mais aussi à l'approvisionnement si on voulait tout basculer en électrique. De ce fait, la mobilité hydrogène va, sous peu venir, prendre une part plus importante que ce qu'on imagine…


A la recherche de fabricants de stations hydrogène ?
Petites ou grosses installations... retrouvez les fabricants de stations hydrogène dans notre marketplace.
En savoir plus



Vous avez aimé cet article ? Ne manquez pas les suivants en vous abonnant à H2 Mobile sur Google News ou en nous suivant sur Linkedin.

Annonces