Stations hydrogène : Atawey voit beaucoup plus grand

Stations hydrogène : Atawey voit beaucoup plus grand
En charge du déploiement des stations d’avitaillement Atawey sur le territoire, Thomas Jacquet a détaillé les ambitions de l’entreprise savoyarde à l'occasion d'un événement organisé par les membres du Cluster hydrogène de l’Ouest.
 
Sans doute ceux qui s’intéressaient déjà à la mobilité hydrogène il y a une dizaine d’années se souviendront de l’apparition des premières stations compactes de l’entreprise savoyarde, dont certaines ont permis de tester la location de vélos électriques à pile H2 de Pragma Industries. «  La toute première station, équipée d’un électrolyseur à l’intérieur, permettait d’obtenir 2 kilos d’ hydrogène vert par jour », a souligné Thomas Jacquet le 4 avril 2023 au GNFA de Ploufragan, près de Saint-Brieuc, dans les Côtes-d’Armor.

Depuis, l’entreprise installée à Bourget-du-Lac voit beaucoup plus grand, avec un effectif porté à 60 collaborateurs. Elle se place désormais comme un spécialiste «  en conception, fabrication et vente de stations hydrogène » de moyennes et fortes capacités. Elle est aussi capable de fournir tous les équipements pour le bon fonctionnement de ces établissements. «  Afin d’aider au déploiement des stations, Atawey propose de s’impliquer en co-construction et co-financement ».
 

De la petite à la grande station

Fondée en 2012, Atawey a commencé par développer un électrolyseur en partenariat avec Sagim. La frise du temps montre l’évolution de l’activité : première station pour vélos hydrogène en 2015, et 2 ans plus tard pour les voitures.
 
Cette année-là, 3 stations Atawey ont été mises en service, avec pour philosophie «  d’accompagner des projets de démonstration hydrogène dans les territoires ». En 2019, le chiffre passe à 13, alors que la jeune société présente une nouveauté, sa première station évolutive fixe. Et ce, avec une grande capacité dont les limites sont repoussées selon les besoins avec les nouvelles implantations. En 2021, l’une d’elles atteint les 300 kg par jour.



Deux ans plus tard, une autre est développée avec une capacité quotidienne de 1 300 kg. Entre les 2, Atawey ajoute à son catalogue une station hydrogène mobile. En avril 2023, le compteur affiche 25 stations installées, pour une part de marché en France d’environ 40 %. Le parc a enregistré 3 500 remplissages l’année dernière.
 
La progression ne va pas s’arrêter : «  En 2024, l’augmentation de capacité journalière pour nos stations évolutives atteindra au besoin 2 tonnes par jour ». L’atelier créé en 2018 est dépassé : «  Une nouvelle usine de production sera inaugurée en 2024. Ce sera même un véritable centre d’excellence qui va être construit à Bourget-du-Lac, à côté de l’ancienne usine ».
 
Ce que les membres du Cluster hydrogène de l’Ouest ont pu retenir en particulier des propos de Thomas Jacquet au début du mois, c’est la grande adaptabilité de l’équipe aux besoins réelles : «  Tous les développements concernant la compression, le stockage, la distribution et la supervision sont réalisés en interne grâce à une vingtaine d’ingénieurs. Nous pouvons mettre en place les tube trailers, une compression à 500 ou 1 000 bars pour le transfert passif, et travailler l’optimisation énergétique ».
 
La distribution est également une opération à affiner : «  Plusieurs pressions d’avitaillement sont possibles - 300, 350 et 700 bars -, aussi avec raccord high-flow. L’avitaillement provoque un échauffement. A 90° C, le remplissage s’arrête. C’est pourquoi l’hydrogène gagne à être au préalable refroidi à -20° C pour le 350 bars ou -40° C pour le 700 bars ».


 

Stations évolutives, mobiles ou compactes

A qui s’adressent les services d’Atawey ? Thomas Jacquet a listé «  les collectivités pour les bus et les bennes à ordures par exemple, les parcs d’activités où les besoins en logistique dans des zones en froid négatif rendent préférables les engins hydrogènes par rapport aux électriques à batterie, les opérateurs d’énergie, les énergéticiens, les porteurs de projets EnR, les constructeurs de véhicules, les chantiers à zéro émission, etc. ».
 
Trois familles de stations sont aujourd’hui proposées par Atawey : «  Nous avons des stations évolutives de 100 à 1 300 kg d’hydrogène par jour aujourd’hui, parfois développées pour des flottes, mais avec la possibilité d’une ouverture au public. Et aussi des stations mobiles et compactes ». L’entreprise ne se contente pas de fournir un catalogue dans lequel les porteurs de projets H2 n’auraient qu’à choisir un modèle et à s’y adapter : «  Nous proposons la conception, la réalisation et la vente de stations personnalisées pour des projets spécifiques ».


 

Pour les trains et les bateaux aussi

Nous l’avons déjà dit plus haut, la première station hydrogène évolutive, fixe et de grande capacité a été ouverte par Atawey en 2019 : «  Située à Chambéry, elle est exploitée par des taxis. Nous devions donc assurer un haut niveau de disponibilité. Il est de 97 % ».
 
Ce type de stations est prévu pour suivre le développement des usages. Avec parfois des spécificités : «  Elles sont personnalisables, en particulier en fonction de la quantité de pleins successifs en continu ‘back-to-back’. Par exemple, pour des bus qui vont se succéder aux distributeurs entre 22 h 00 et 1 h 00 du matin, la production et le stockage doivent être effectués de jour ».
 
En participant à des projets de vallées de l’hydrogène, Atawey va plus loin que de concevoir des stations pour les véhicules routiers : «  Nous pouvons aussi avitailler des trains ou des bateaux. L’hydrogène peut provenir de tube trailers ou être fourni par un électrolyseur sur place ».
 

Quelques chiffres pour les stations évolutives…

En prenant exemple sur la station ouverte par Atawey à Moutiers dans le cadre du projet Hympulsion, Thomas Jacquet a chiffré la superficie idéale pour une station évolutive fixe de grande capacité : «  Il faut compter 1 500 m2, sans les voies d’accès ». Et du côté des tarifs ? «  Pour une station de ce type, avec une capacité de distribution de 100 kg par jour, il faut compter entre 1 et 1,5 million d’euros ».
 
L’entreprise continue à développer son expertise : «  L’ hydrogène liquide est aussi sur notre feuille de route. Nous allons commencer les développements de stations de ce type, avec une disponibilité peut-être en 2028, selon la demande ».
 
Quoi qu’il en soit, l’entreprise savoyarde se focalise tout particulièrement sur les stations évolutives pour lesquelles elle cherche sans cesse à repousser les limites. Elle propose toujours aussi «  des stations compactes, avec possibilité d’électrolyse interne. Elles sont intéressantes pour démarrer des écosystèmes hydrogène ».
 

…et pour les stations mobiles

Une autre offre qu’Atawey cherche à développer, c’est celle des stations mobiles : «  Elles peuvent être exploitées pour des besoins très divers. Par exemple pour des chantiers décarbonés, en dépannage de stations fixes, pour des tests ou des démonstrations de véhicules comme nous l’avons fait avec Manitou. C’est aussi la solution qui a été retenue pour le premier avitaillement du bateau hydrogène d’Hynova à La Ciotat ».
 
Ces infrastructures peuvent être proposées à la location : «  Le loyer est de l’ordre de 20 000 euros par mois. La capacité de distribution est comprise entre 45 et 150 kg par jour. Déployables en 4 heures, nos stations mobiles sont conçues pour effectuer automatiquement tous les tests de la tuyauterie par tronçon ».
 
Quelques petites contraintes à noter : «  Nos stations mobiles ne peuvent pas être directement connectées à un électrolyseur. Pour l’instant, l’avitaillement n’est possible qu’en 350 bars. Le 700 bars sera disponible en 2024 ».

A la recherche de partenaires pour vos projets hydrogène ?
Bureaux d'étude, motoristes, opérateurs, fabricants, organismes de formation... retrouvez tous les acteurs de l'hydrogène dans notre marketplace.
Découvrir la marketplace

Vous avez aimé cet article ? Ne manquez pas les suivants en vous abonnant à H2 Mobile sur Google News ou en nous suivant sur Linkedin.
Annonces