Yanmar va produire des moteurs à hydrogène pour la marine

Yanmar va produire des moteurs à hydrogène pour la marine
Yanmar, entreprise japonaise spécialisée entre autres dans les motorisations pour bateaux, développe un moteur quatre temps à combustion d’hydrogène destiné aux navires côtiers. Prévu en deux phases, ce nouveau projet se traduira d’abord par un modèle dont l’allumage se fera avec du biocarburant, pour ensuite être totalement alimenté en hydrogène.
 
Le secteur de la marine a été identifié comme un secteur de croissance forte pour l’hydrogène. Que ce soit sous forme de propulsion via une pile à combustible ou d’un moteur à combustion d’hydrogène, les obligations de décarbonation du transport maritime passeront notamment par la conversion d’une partie des flottes à l’hydrogène.
 
C’est la raison pour laquelle de nombreux acteurs déploient, à des niveaux de commercialisation plus ou moins avancés, de nouvelles motorisations sans émission. Après Kawasaki Heavy Industries et Wartsila, c’est désormais à Yanmar de s’engager franchement dans le déploiement d’une gamme de moteurs hydrogène.
 
Comme Wartsila, le motoriste japonais va d’abord déployer un moteur six-cylindres, dit à « allumage piloté », qui utilise une petite quantité de biocarburant pour allumer le moteur et enclencher la combustion de l’hydrogène. L’objectif est de mener les tests sur banc dès 2024, pour réaliser un premier essai grandeur nature courant 2026. Conjointement, le développement d’une version alimentée uniquement en hydrogène sera entrepris.
 
Le test en mer de ce nouveau moteur ne se fera pas sur un navire existant, mais sur un bateau côtier en cours de construction pour la société pétrolière japonaise Uyeno TransTech. Particularité de celui-ci, il devrait être équipé à la fois de moteurs et de batteries, mais aussi d’un générateur d'hydrogène conteneurisé sur son pont supérieur.


 
Yanmar continue de commercialiser des piles à combustible pour les bateaux

Le choix d’un moteur quatre temps pour un navire côtier peut surprendre. En effet, ceux-ci sont d’habitude plutôt équipés de moteurs deux temps beaucoup plus légers. On en trouve l’origine dans un accord coopération signé en 2021 entre trois motoristes japonais. Yanmar et Kawasaki Heavy Industries s’étaient engagées à travailler sur les moteurs à hydrogène quatre temps et Japan Engine Corporation à se concentrer sur les modèles deux temps.
 
Si Yanmar semble vouloir accélérer sur le moteur à combustion d’hydrogène, il n'abandonne pas pour autant la pile à combustible. Associé à Toyota depuis 2020, le motoriste prend depuis l'année dernière des commandes pour un système de propulsion à pile à hydrogène de 300 kW pour les petits navires.



A la recherche de partenaires pour vos projets hydrogène ?
Bureaux d'étude, motoristes, opérateurs, fabricants, organismes de formation... retrouvez tous les acteurs de l'hydrogène dans notre marketplace.
Découvrir la marketplace



Vous avez aimé cet article ? Ne manquez pas les suivants en vous abonnant à H2 Mobile sur Google News ou en nous suivant sur Linkedin.
Annonces