Gaussin dévoile une plateforme hydrogène à grande autonomie

Gaussin dévoile une plateforme hydrogène à grande autonomie
Gaussin vient de présenter sa toute première plateforme hydrogène. Conçue pour les tracteurs et porteurs allant de 18 à 44 tonnes, celle-ci annonce jusqu’à 800 km d’autonomie. Elle sera déployée dès cette année via un programme sous licence d’assemblage et de commercialisation.
 
Dans le domaine de l’hydrogène, Gaussin n’en finit pas d’innover. Après avoir présenté il y a quelques semaines un premier tracteur autonome à hydrogène, le groupe français basé à Héricourt (Haute-Saône) vient de lever le voile sur sa première plateforme. Dite « skateboard » car elle l’intègre l’ensemble des composants essentiels au fonctionnement du système (moteur, réservoirs, piles à combustible, essieux et entrainement), celle-ci s’adresse à l’ensemble des acteurs désireux de développer leur offre hydrogène à partir d’une plateforme prête à l’emploi.


 

Jusqu’à 800 km d’autonomie

Développée en partenariat avec l’équipementier autrichien Magna, cette plateforme unique en son genre intègre un châssis ultraléger. Sans communiquer l’ensemble des caractéristiques de sa plateforme, Gaussin indique qu’elle pèse 400 kilos de moins que les autres châssis du marché.
 
La plateforme hydrogène de Gaussin est déclinée en deux versions. Dotée de 800 km d’autonomie, la première est destinée aux applications longues distances et repose sur une technologie hydrogène. Electrique à batteries, la seconde se limite à 400 km d’autonomie.


 
Destinée aux tracteurs et porteurs de 18 à 44 tonnes, la plateforme de Gaussin est présentée comme universelle. « Les carrossiers pourront y poser leur propre cabine que ce soit pour mettre ensuite une caisse, une citerne, une benne à déchet ou encore une toupie à béton", précise Christophe Gaussin, PDG du groupe.
 
Souhaitant fonctionner sous licence pour industrialiser et commercialiser son concept, Gaussin espère conquérir 5 % du marché des camions à énergies propres, soit 450 000 véhicules cumulés d’ici à 2031.