Hydrogène vert : Masshylia voit (beaucoup) plus grand

Hydrogène vert : Masshylia voit (beaucoup) plus grand
Site de la raffinerie de la Mède - Source : TotalEnergies
Porté par TotalEnergies et Engie dans le département des Bouches-du-Rhône, le projet Masshylia revoit à la hausse ses capacités de production d'hydrogène vert. Une nouvelle ambition qui décalera de deux ans le lancement du site. 

Installé sur la plateforme de la Mède, à Châteauneuf-les-Martigues, Masshylia change de dimension. Lancé début 2021 par Engie et TotalEnergies, ce mégaprojet de production d' hydrogène vert par électrolyse va tripler ses capacités de production.

De 15 à 50 tonnes par jour

Projetant au départ de produire 15 tonnes d’hydrogène faiblement carboné par jour, Masshylia vise à présent un rendement quotidien de 50 tonnes. Pour ce faire, l'usine du projet va être équipée d'un électrolyseur de 120 mégawatts (soit 80 mégawatts de plus que l'équipement prévu initialement), alimenté aux deux tiers d'électricité verte générée par des fermes solaires et à un tiers du mix actuel qui est essentiellement nucléaire.

Cette nouvelle version de Masshylia devrait permettre d'économiser 100 000 tonnes de dioxyde de carbone chaque année, un chiffre six fois plus élevé que ce qui était envisagé initialement. Cela devrait également permettre la décarbonisation des activités industrielles de la raffinerie de Total située à La Mède. Masshylia développera un système de stockage sur site afin de fournir de l'hydrogène vert à l'infrastructure sans interruption. Un logiciel spécial permettra par ailleurs d'adapter la production d'hydrogène en temps réel par rapport à la quantité d'électricité générée par les fermes solaires.

Un budget XXL et une mise en route décalée

"Ce projet d'hydrogène vert devait coûter initialement environ 100 millions d’euros, mais cette somme va être largement dépassée", révèle Jean-Michel Diaz, le directeur régional de TotalEnergies.

Engie et TotalEnergies ont procédé à plusieurs demandes de financement auprès du gouvernement français mais aussi de l'Europe dans le cadre des projets d'intérêt commun (IPCEI). Néanmoins, Jean-Michel Diaz précise que, pour le moment, aucune décision de soutien financier du projet n'a fait l'objet d'une publication.

La "mise à jour" de Masshylia va nécessiter le lancement de nouvelles études de faisabilité et la mise en place d'infrastructures additionnelles, ce qui retardera inévitablement la mise en service du site. Initialement prévue pour 2024, l'usine ne sera finalement pas opérationnelle avant 2026...
A la recherche de partenaires pour vos projets hydrogène ?
Bureaux d'étude, motoristes, opérateurs, fabricants, organismes de formation... retrouvez tous les acteurs de l'hydrogène dans notre marketplace.
Découvrir la marketplace



Vous avez aimé cet article ? Ne manquez pas les suivants en vous abonnant à H2 Mobile sur Google News ou en nous suivant sur Linkedin.

Annonces