Partenaires premium
Air Liquide
ADEME PACA

BMW : vers une nouvelle génération de piles à hydrogène

BMW : vers une nouvelle génération de piles à hydrogène
Lors de la visite du centre BMW dédié à l’hydrogène par le ministre fédéral de l'Économie Peter Altmaier, le président du conseil d’administration, Oliver Zipse, a réaffirmé l’importance des motorisations à pile à combustible au sein du groupe. Il a notamment annoncé la sortie en 2022 d’une nouvelle génération de piles à hydrogène.
 
« Les politiciens ont reconnu l'importance de l'hydrogène vert pour le système énergétique du futur. Nous saluons expressément les différentes initiatives. Pour le trafic routier, ce qu'il faut maintenant avant tout, c'est une expansion de l'infrastructure de ravitaillement qui tienne compte des besoins des véhicules commerciaux et des voitures particulières. Selon l'évolution des conditions cadres, la technologie des piles à combustible à hydrogène pourrait devenir un pilier supplémentaire dans le portefeuille des moteurs du groupe BMW ».  Oui, Oliver Zipse  croit à l’avenir de l’hydrogène, mais cela ne l’a pas empêché de rappeler à Peter Altamaier que, sans engagement des états pour accompagner le développement des infrastructures, les efforts des industriels pourraient se réduire.

Pour autant, le groupe bavarois a décidé de poursuivre ses investissements dans le secteur et vient d’annoncer la mise en fabrication en petite série, dés 2022, de la deuxième génération de moteurs dans la BMW i Hydrogène NEXT basée sur l'actuel BMW X5. Si la pile à combustible et le système global sont des développements originaux du groupe, les cellules individuelles de la pile proviennent de Toyota.


 

Vers une prochaine industrialisation de la fabrication des véhicules à hydrogène

Coté performances et évolutions, le nouveau système de propulsion de la BMW i Hydrogen NEXT offrira une puissance de 275 kW (374 ch).  Le véhicule serait équipé de  deux réservoirs de 700 bars, qui contiennent à eux deux six kilogrammes d'hydrogène permettant de produire de l’électricité par réaction chimique entre l'hydrogène et l'oxygène de l'air. En complément, l’énergie récupérée à la décélération contribue, via une batterie tampon, à alimenter le moteur électrique. Au final la voiture n’émet que de la vapeur d’eau et la configuration retenue permet une belle autonomie (non communiquée) et un remplissage des réservoirs en trois ou quatre minutes.
 
Coté industriel, cette nouvelle génération de moteurs donnera naissance à une première automatisation de la ligne de production, fruit des recherches entreprises dans le cadre du projet "Auto Stack Industrie" … financé par le ministère fédéral des transports.  Les premières séries devraient sortir d’usine courant 2022, pour une disponibilité grand public probable en 2025. Cette marche supplémentaire dans l’industrialisation est déterminante,  car elle est l’étape nécessaire vers l’augmentation des volumes produits et donc la baisse annoncée des coûts de fabrication.