Avec CATHyOPE, Chabas va livrer Carrefour en camion hydrogène

Avec CATHyOPE, Chabas va livrer Carrefour en camion hydrogène
Les Transports Chabas ont développé, avec le spécialiste des technologies électriques-hydrogène GreenGT et le groupe de grande distribution Carrefour, un camion électrique hydrogène réfrigéré destiné au transport de denrées périssables. Prochainement en phase d’homologation, CATHyOPÉ sera mis en service au premier trimestre 2023. Aurélien Coudray, Responsable Qualité du Groupe Chabas et Coordinateur en gestion de projet de la filiale Chabas H2, répond à nos questions sur cette expérimentation unique en son genre.  

Quelle est l’activité du Groupe Chabas ?

Aurélien Coudray : Les Transports Chabas sont des opérateurs historiques du transport de denrées périssables sous températures dirigées, depuis 1951. Nous sommes spécialisés dans la messagerie, la distribution et le stockage de produits frais, le transport du vin, le transport et le stockage de produits pharmaceutiques, ainsi que dans la logistique. Chabas agit au niveau national, et plus particulièrement dans le bassin sud-méditerranéen.

Quelle est la taille de la flotte Chabas ?

A.C. : Nous avons à ce jour près de 700 cartes grises, soit 440 moteurs (tracteurs et porteurs) et 260 groupes frigorifiques. Tous roulent au Diesel norme Euro 6.

À quand remonte l’intérêt de Chabas pour les carburants alternatifs, notamment l’hydrogène ?

A.C. : Dès les années 2010, la question de notre empreinte environnementale a été importante pour le Groupe. Chabas a signé en 2011 la charte Objectif CO2 de l’ADEME en s’engageant à réduire sous trois ans ses émissions de gaz à effet de serre. Cet engagement nous a permis d’intégrer en 2013 le groupe de travail de Carrefour, un de nos principaux clients, qui regroupait ses fournisseurs adhérents de la charte dans le but de réfléchir à des solutions décarbonées pour la chaîne logistique du Groupe. Nous avons envisagé le GNV, l’électrique-batteries, mais ces solutions ne nous paraissaient pas assez clivantes et ne répondaient pas aux attentes des clients de Chabas.

Notre directeur général, Cédric Mézard, s’est par ailleurs rapproché de Jean-Michel Bouresche, directeur de GreenGT Technologies, au travers de leur passion commune pour la compétition automobile. GreenGT travaillait alors sur la motorisation électrique-hydrogène pour le sport automobile, et Cédric Mézard a imaginé la réplication de cette technologie sur un poids lourd. En effet, le moteur développé par GreenGT avait une forte puissance, une bonne autonomie, une grande fiabilité et n’émettait que de la vapeur d’eau à l’échappement : tout ce que Carrefour recherchait ! En 2016, nous avons monté un consortium regroupant GreenGT, Chabas et Carrefour, qui a bénéficié du soutien de l’ADEME pour mener à bien le projet.

Le camion a été dévoilé en dynamique le 24 mars 2022, il s’appelle CATHyOPÉ et il pèse 26 tonnes auxquelles s’ajoute une remorque de 18 tonnes, soit 44 tonnes de charge utile !




Pour quel type de trajets pensez-vous utiliser CATHyOPÉ ?

A.C. : L’objectif fixé avec Carrefour est de réaliser deux boucles quotidiennes de 500 km, sur une zone s’étendant de Salon-de-Provence à Nice. Étant donné le surcoût d’exploitation que représente la technologie hydrogène, il faut que le camion roule au maximum pour l’amortir. Des tests ont déjà été réalisés sur circuit et des optimisations sont à l’œuvre pour que, passée la phase d’homologation, il puisse rouler dès le début 2023.

Jusqu’à maintenant, êtes-vous satisfaits des performances du camion à hydrogène ? 

A.C. : CATHyOPÉ est très pratique et adapté aux besoins de Carrefour, car il affiche des performances identiques aux poids lourds diesel. Il concilie forte puissance et autonomie, ce que ne procure pas aujourd’hui le 100 % électrique-batteries. La conduite est aussi agréable que celle des camions électriques, elle procure très peu de vibrations et de pollution sonore. Même si le camion n’est pas encore en circulation, on reçoit déjà des candidatures de conducteurs qui sont attirés chez Chabas par cette innovation, en adéquation avec nos valeurs.

Comment va se dérouler l’approvisionnement du véhicule ?

A.C. : Le cahier des charges de Carrefour étant d’être à iso, voire beta-fonctionnalité opérationnelle par rapport à un poids lourd diesel Euro 6 classique, son temps d’approvisionnement est le même. Nous avons noué un partenariat avec Air Liquide pour que le camion soit ravitaillé à Fos-sur-Mer, dans la station 350 bar spécialement développée pour CATHyOPÉ et d’autres camions à hydrogène, dans le cadre du programme HyAMMED. 40 à 45 kg d’hydrogène pourront être embarqués, garantissant une autonomie de près de 500 km.

Que manque-t-il à la technologie hydrogène pour être généralisée à toute la profession ?

A.C. : Le frein principal, c’est le coût de la molécule ! Actuellement entre 9€ et 12€/kg à la pompe (avec un kilo d’hydrogène, le camion CATHyOPÉ parcourt 11 km), il faudrait le diviser par deux pour que cela soit viable. Par ailleurs, le réseau d’approvisionnement est encore bien trop faible, la France est très en retard par rapport à nos confrères européens, notamment allemands. Mais pour que tout cela se développe, il faut des actions d’acculturation des acteurs territoriaux, des dirigeants d’entreprises, des usagers, des riverains… Il me semble impossible de généraliser l’adoption de l’hydrogène si on n’explique pas clairement ses avantages et si on ne développe pas les compétences de l’ensemble des métiers de la chaîne de valeur.

Justement, quelles actions vous sembleraient intéressantes à mettre en place pour sensibiliser tous ces publics ?

A.C. : Comme pour tout nouveau savoir, toute nouvelle technologie, il faut faire tomber les a priori, démontrer les avantages mais aussi comprendre les inconvénients de l’hydrogène. Ce n’est pas en le sacralisant qu’on générera de l’adhésion : je pense qu’il est important de dire que ce n’est pas L’énergie mais UNE DES énergies du futur. C’est la notion de mix énergétique qui donne du crédit à l’hydrogène.

En partenariat avec GreenGT et la CCI du Var, Chabas H2 a prévu une offre de formations spécifiques dédiées aux métiers de l’hydrogène. Dès l’année prochaine, nous commercialiserons des formations pour appréhender les fondamentaux de l’hydrogène, jusqu’à la conduite des poids lourds mais aussi d’autres véhicules à hydrogène, des actions de sensibilisation, des formations techniques et de sécurité.


A la recherche de partenaires pour vos projets hydrogène ?
Bureaux d'étude, motoristes, opérateurs, fabricants, organismes de formation... retrouvez tous les acteurs de l'hydrogène dans notre marketplace.
Découvrir la marketplace



Vous avez aimé cet article ? Ne manquez pas les suivants en vous abonnant à H2 Mobile sur Google News ou en nous suivant sur Linkedin.

Annonces