Partenaires premium
Air Liquide
ADEME PACA

Directive AFI : Hydrogen Europe souhaite une meilleure prise en compte de l'hydrogène

Directive AFI : Hydrogen Europe souhaite une meilleure prise en compte de l'hydrogène
L’Union Européenne s’apprête à réviser la directive 2014/94/UE sur le déploiement d'infrastructures de carburants alternatifs compte-tenu du "Green Deal" européen et notamment de l’objectif de neutralité carbone fixé pour 2050. Hydrogen Europe, une association, regroupant près de 250 acteurs européens du secteur de l’hydrogène, vient de publier un rapport proposant des éléments considérés comme essentiel à prendre en compte dans le cadre de cette révision.
 
Avec 25 % des émissions de gaz à effet de serre de l'UE imputables au transport, et l'obligation de les réduire de 90 % d'ici 2050, l'adoption de véhicules à hydrogène dans diverses applications de transport semble incontournable. Ce d’autant plus que l’Union Européenne, via son «Green Deal», s’engage véritablement pour accélérer son action dans ce domaine. Une aubaine donc pour Hydrogen Europe (composée de 160 entreprises industrielles, 83 organismes de recherche ainsi que 21 associations nationale), qui ne souhaitant pas manquer l’occasion, s’est fendue d’un document particulièrement étayé, susceptible de guider les parlementaires européens dans leurs réflexions.

Dans le cadre du programme d'innovation européen "Entreprise commune Piles à combustible et Hydrogène" (EC PCH). Elle a ainsi soumis une série de mesures qui lui paraissent indispensables au regard des enjeux... et de sa mission de lobbying au cœur des institutions européennes
 

Favoriser un « big-bang » de la demande en hydrogène

Dans l'actuelle directive 2014/94/U, également appelée directive AFI (Alternative Fuel Infrastructures),  l’hydrogène n’apparaît pas comme un carburant alternatif sur lequel les États membres doivent porter leurs efforts tant en termes de soutien à la filière que pour la construction d’infrastructures notamment destinées aux véhicules lourds. Hydrogen Europe demande donc la modification de cette situation, tout en insistant sur la nécessité de mettre en place des réglementations coercitives pour garantir l’obtention de résultats.
 
Au-delà de ce point crucial, de la définition de normes d’interopérabilité entre les réseaux de transport de l’énergie et de ravitaillement des transports, c’est notamment l’élargissement de la prise en compte de l’hydrogène dans d’autres secteurs que le transport routier qui est particulièrement développé et argumenté. En demandant l’extension du champ d’application de la directive aux infrastructures ferroviaires, portuaires aéroportuaires (pour les véhicules œuvrant au sol) ; Hydrogen Europe espère favoriser un « big bang » de la demande en hydrogène et ainsi accélérer la transition vers ce carburant.